Véronique Genest dénonce un "traquenard" après l'enregistrement de On n'est pas couché

Publié à 20h14, le 08 mars 2013 , Modifié à 20h22, le 08 mars 2013

Véronique Genest dénonce un "traquenard" après l'enregistrement de On n'est pas couché
(France Télévisions)

"Je suis tombée dans un traquenard." Voilà ce qu'a déclaré Véronique Genest à la sortie de l'enregistrement de l'émission On n'est pas couché, tournée le 7 mars 2013 et diffusée le samedi 9 mars sur France 2. 

L'interprète de Julie Lescaut, désormais candidate aux législatives partielles dans la 8e circonscription des Français de l'étranger, considère auprès de TV Mag avoir été mal traitée lors de l'enregistrement de l'émission : 

En France, ceux qui ne sont pas dans la pensée unique n'ont pas droit à la liberté d'expression.

Elle qui est désormais dans l'arène politique, estime s'être retrouvée comme devant un tribunal : 

Je devais parler de mon engagement politique et des actions sur lesquelles j'ai l'intention de m'impliquer et, au lieu de ça, je me suis retrouvée devant une sorte de tribunal. 

(...)

Aymeric Caron était très agressif et n'avait de cesse de me mettre en difficulté. Il n'a pas arrêté de m'attaquer pour dénoncer les prétendues positions extrémistes que j'aurais prises.

(...)

C'était presque une mise à mort.

Une bonne manière d'assurer aussi le teasing et d'attiser la curiosité sur sa présence dans l'émission. 

Depuis son arrivée dans le monde politique, Véronique Genest multiplie les interventions médiatiques pour expliquer sa démarche. "Suppléant, ça n'oblige à rien. C'est quand même un poste sans poste. Il ne m'aurait probablement pas choisie si je n'étais pas médiatique", assurait-elle sur RTL, se classant au centre-droit de l'échiquier politique. Un passage également remarqué sur France 5, où Véronique Genest a lâché : "Je suis là où j'ai toujours été, c'est à dire nulle part. Une sorte d'étron libre..."

Du rab sur le Lab

PlusPlus