Benoit Hamon a menacé de démissionner pour sauver son budget de l'Education nationale

Publié à 14h50, le 13 juillet 2014 , Modifié à 14h52, le 13 juillet 2014

Benoit Hamon a menacé de démissionner pour sauver son budget de l'Education nationale
Benoît Hamon à Fontenay-sous-Bois (Marlene Awaad / IP3, Maxppp).

Il y a un an, les questions d'arbitrage faisaient une victime: Delphine Batho. La ministre de l'Ecologie de l'époque avait choisi la voie médiatique pour critiquer les arbitrages de Jean-Marc Ayrault, jugeant ce budget "mauvais" sur RTL, et cela s'était soldé par un remerciement aussi sec. Benoît Hamon a choisi la méthode inverse. Le ministre de l'Education nationale a lui aussi appliqué la méthode "Arrêtez-moi ou je fais un malheur", mais en coulisses.



Le JDD raconte ce 13 juillet comment Benoît Hamon a mis sa démission dans la balance ces derniers jours, s'il n'obtenait pas gain de cause :



"

Ces derniers jours, Benoît Hamon s'est beaucoup dépensé auprès de Manuel Valls pour sauver son budget de l'Education nationale, menaçant même de quitter le gouvernement.

"


Le journal raconte que c'est François Hollande qui a lui-même arbitré sur le budget de Benoît Hamon, contrairement à tout le reste des ministères, et que ce dernier a eu gain de cause : une enveloppe de 1,15 milliards d'euros supplémentaires.



Ce n'est pas la première fois que Benoît Hamon manie la technique de la menace. En mars dernier, il avait déjà sous-entendu qu'il pourrait partir devant plusieurs de ses proches. Arnaud Montebourg a, lui aussi, en son temps, menacé de démissionner, et à plusieurs reprises.

Du rab sur le Lab

PlusPlus