Carte des régions : Manuel Valls trouve la réaction de Martine Aubry sur la fusion Nord-Pas-de-Calais/Picardie "disproportionnée"

Publié à 11h18, le 20 juillet 2014 , Modifié à 11h18, le 20 juillet 2014

Carte des régions : Manuel Valls trouve la réaction de Martine Aubry sur la fusion Nord-Pas-de-Calais/Picardie "disproportionnée"
Manuel Valls et Martine Aubry en 2011. © Reuters.

Malgré le camouflet qu’elle a, indirectement, subi à l’Assemblée nationale en voyant seulement trois socialistes voter le démariage entre la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais, Martine Aubry is back. Que le couple exécutif Hollande-Valls se le dise, la maire de Lille ne veut plus se taire.

Alors qu’elle a organisé, vendredi 18 juillet, une conférence de presse pour dire tout le mal qu’elle pensait de cette nouvelle carte des régions, notamment concernant sa région du Nord-Pas-de-Calais, l’ancienne patronne du PS en a profité pour dénoncer "la vision et la méthode" du gouvernement ainsi que le temps perdu. Niveau camaraderie, on fait mieux.

C’est too much, lui réplique ce dimanche 20 juillet, Manuel Valls. Au JDD, le Premier ministre assure qu’il n’avait qu’un objectif avec cette réforme : "avoir une majorité la plus large possible". Mais, d’ici la deuxième lecture du texte à l’automne, le locataire de Matignon estime la réaction de Martine Aubry "disproportionnée" :

"

Je rediscuterai avec les élus du Nord, du Pas-de-Calais et de la Picardie, mais je trouve que la réaction de Martine Aubry est disproportionnée.

"

Mais fâcher Martine Aubry sur la réforme territoriale alors que des proches de la maire de Lille mène "la fronde" contre la politique du gouvernement est une erreur stratégique selon plusieurs socialistes. "Un dirigeant socialiste", ironique, déplore d’ailleurs ces soubresauts provoqués par une carte des régions "flottante" :

"

Résultat des courses de cette belle manœuvre, la carte du président a été battue, Martine sort furieuse, le Premier ministre a un adversaire de plus et les frondeurs ont un leader inespéré. Bravo !

"

Furieuse, Martine Aubry ne se rendra en revanche pas aux universités d’été du PS à La Rochelle où les "frondeurs" ont prévu d’organiser des tables rondes pour préparer la rentrée. Une rentrée durant laquelle la maire de Lille pourrait ressortir du bois. Et dire le fond de sa pensée sur la politique économique de François Hollande.

Du rab sur le Lab

PlusPlus