Florian Philippot estime que les journalistes du Petit journal sont "des militants anti-FN"

Publié à 20h58, le 24 novembre 2014 , Modifié à 21h56, le 24 novembre 2014

Florian Philippot estime que les journalistes du Petit journal sont "des militants anti-FN"
© MaxPPP

Une fois de plus, Mediapart et Le Petit Journal ne seront pas de la partie. Le Front national leur a refusé l'accès à  son congrès, qui aura lieu à Lyon samedi et dimanche. Officiellement, le parti de Marine Le Pen ne peut accéder à toutes les demandes d'accréditation "pour des raisons de sécurité".

Voici ce qu'explique le FN, dans un mail que Mediapart a transmis à l'AFP :

Nous ne pouvons donner suite à votre demande d'accréditation au congrès du Front national en raison du grand nombre de journalistes et photographes pour des raisons de sécurité.

Mais le vice-président du parti d'extrême droite, Florian Philippot, a livré une raison un tout petit peu différente pour justifier ce refus, lundi 24 novembre sur I>Télé. Voici ce qu'il a expliqué :

- Florian Philippot : C'est pas nouveau. On accepte au congrès du Front national les militants du Front national et les médias, on n'accepte pas les militants des autres partis.



- I>Télé : Le Petit Journal est un parti politique ?



- Florian Philippot : Ce sont des militants, il faut l'assumer. En tout cas ce sont des militants anti-Front national. [...] Ce ne sont pas des médias, ce ne sont pas des journalistes.

Petit rappel, au cas où : les reporters du Petit Journal ont bel et bien leur carte de presse. Mais alors que la journaliste le lui fait remarquer, Florian Philippot ne se démonte pas :

C'est triste pour la carte de presse et les journalistes.

Mediapart n'est pas épargné non plus par le numéro 2 du FN :

'Mediapart' a refusé une interview à Marine Le Pen au moment de la présidentielle. Qu'est-ce qu'un grand média qui interviewe tous les candidats sauf une en considérant qu'elle n'est pas démocrate ? [...] Eh bien, nous rendons la pareille à ce pseudo média militant.

Le FN refuse régulièrement à ces deux médias l'accès à ses événements. En septembre, une journaliste de Mediapart avait pu accéder normalement à l'Université d'été des jeunes FN à Fréjus, le samedi matin, avant de s'en voir refuser l'accès dans l'après-midi. Plusieurs journalistes avaient alors décidé de ne pas suivre les travaux de l'après-midi.

Réaction de Marine Le Pen, à l'époque :

'Mediapart' a organisé toute une série de débats pendant la présidentielle. Ils ont dit clairement dans un texte: 'Nous inviterons tous les candidats à la présidentielle sauf Marine Le Pen'. S'ils invitent tout le monde sauf moi, moi j'invite tous les journalistes sauf Mediapart [...]. En faisant ça, 'Mediapart' rompt avec la déontologie journalistique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus