François Hollande met au défi les "frondeurs" du PS : "quand on fait la fronde, on doit gagner la guerre"

Publié à 07h52, le 01 août 2014 , Modifié à 07h52, le 01 août 2014

François Hollande met au défi les "frondeurs" du PS : "quand on fait la fronde, on doit gagner la guerre"
François Hollande. © Maxppp;

GUERRE FROIDE – Le PS est en guerre froide. D’un côté, ceux qui soutiennent le gouvernement Valls et la politique économique impulsée par François Hollande. Ce sont les légitimistes. De l’autre, une frange de l’aile gauche du parti, dénommés « frondeurs », qui veut faire infléchir cette politique économique et sociale.

Dans le Point daté du 31 juillet, François Hollande, qui ne s’est jamais exprimé publiquement sur ces députés et parlementaires rebelles, confie moqueur, selon des propos rapportés d’une conversation privée :

"

Quand on fait la fronde, on doit gagner la guerre.

"

Mi-moqueur, mi-provocateur, le chef de l’Etat va plus loin et raille leur stratégie d’abstention sur certains textes marquants comme le budget rectificatif de la sécurité sociale pour lequel 33 députés socialistes se sont abstenus.

Et François Hollande de poursuivre, défiant ces "frondeurs", pour certains proches de Martine Aubry, de passer au vote contre :

"

On ne s’abstient pas. Sinon, on se retrouve petitement avec sa petite fronde et sa petite guerre.

"

Dans cette guerre de tranchée, les députés "frondeurs", dits aussi de "L’Appel des 100", ne comptent pas s’avouer vaincu. Ils ont d’ores et déjà leur cheval de bataille pour la rentrée parlementaire sur les coupes dans les budgets des collectivités territoriales. Et affûteront leur stratégie durant l’université d’été du PS à La Rochelle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus