François Hollande regrette l’attitude des frondeurs sur la loi Macron à un mois des départementales

Publié à 07h40, le 25 février 2015 , Modifié à 07h40, le 25 février 2015

François Hollande regrette l’attitude des frondeurs sur la loi Macron à un mois des départementales
Hollande face aux divisions internes au PS. © PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

ESPRIT DU 11 JANVIER ES-TU LA ? - Se diviser, s’écharper et s’opposer, OK. Mais pas à un mois d’élections. C’est le sentiment que semble avoir François Hollande après l’épisode du 49.3 appelé en renfort du gouvernement pour faire passer la loi Macron – qu’il ne faut plus appeler ainsi selon Manuel Valls – à l’Assemblée nationale.

Car en mars il y aura des élections départementales qui s’annoncent des plus compliquées pour le Parti socialiste, jusqu’ici majoritaire dans les départements. Selon Le Canard Enchaîné de ce mercredi 25 février, François Hollande a ainsi pesté, le 18 février, contre les frondeurs, ayant bien en tête ce risque électoral :

"

Ils sont complètement siphonnés, complètement dingos d’avoir cassé l’esprit du 11 janvier, à un mois des élections départementales !

"

Et François Hollande d’aller dans le sens des députés "légitimistes" exaspérés par les libertés prises par certains de leurs camarades députés. "Ce qu’ils ont fait est immoral vis-à-vis de leurs camarades parlementaires qui avaient travaillé des centaines d’heures sur la loi Macron", balance le chef de l’Etat, énervé. "Immoral", rien que ça.

Le député PS François Loncle ne contredira pas le président, lui qui estime que la menace de voir les "loyalistes" quitter le groupe PS, excédés par les frondeurs, existe.

Du rab sur le Lab

PlusPlus