Fronde de députés PS contre les annonces de Manuel Valls

Publié à 13h50, le 16 avril 2014 , Modifié à 15h15, le 16 avril 2014

Fronde de députés PS contre les annonces de Manuel Valls

Des députés socialistes jugent "inacceptables" les détails du plan d'économies présenté ce mercredi 16 avril par Manuel Valls, à la sortie du conseil des ministres, se disant même "atterrés", ainsi que le rapporte l'AFP.

C'est Christian Paul, député proche de Martine Aubry qui mène la fronde.

Sur twitter, il raconte ainsi comment le groupe socialiste a suivi l'annonce, "dans un silence total", qualifiant les mesures présentées d'"inacceptables" :

Quelques minutes plus tard, sur BFMTV, Christian Paul assure que les députés frondeurs sont "très nombreux", revient sur le problème de forme, mais, surtout, détaille :

"

Nous n'avons pas été élus en 2012 pour organiser l'appauvrissement des Français les plus modestes, des salariés, des retraités, des exclus, des jeunes.
Les propositions qui sont faites ne sont pas votables par beaucoup de députés socialistes, en l'état.
Donc, le dialogue qu'il n'y a pas eu avant ces annonces, il faut qu'il ait lieu maintenant (...).
Ce programme d'économies nous a surpris beaucoup.
Nous sommes prêts à considérer qu'il faut faire des économies, sans organiser le recul des droits sociaux.
Faire des économies, en modernisant le service public, mais pas en réduisant les services publics sur nos territoires.
Ce compromis n'a pas été trouvé, il n'a pas été dessiné par l'intervention du Premier ministre (...).
J'en appelle au Premier ministre pour que, puisse avoir lieu, ce qui est normal, même sous la 5è République, entre un gouvernement et sa majorité, c'est-à-dire un échange franc, loyal.
Ce matin, le signal n'est pas bon. 

"

Jérôme Guedj, qui cèdera son poste de député dans un mois à l'ancien ministre François Lamy, dont il était le suppléant montre même la scène : les membres du groupe PS de l'Assemblée réunis salle Colbert, regardant Manuel Valls énoncer les détails de son plan d'économie ... sur un écran télé :

Le député Michel Pouzol raconte la même surprise, sans s'avancer sur le fond des mesures annoncées :

Dans le même temps, on trouve également quelques députés socialistes qui applaudissent les mesures énoncées par Manuel Valls.

Christophe Caresche, et Luc Belot, leurs auteurs, font d'ailleurs partie d'un petit groupe de députés reçus la veille par Manuel Valls à Matignon.

Bruno Le Roux, le patron du groupe PS, a, de son côté, et sans surprise, envoyé un communiqué de soutien au discours de Manuel Valls. Attention, langue de bois en or :

"

Le gouvernement a tenu sa parole. Le programme de réduction des dépenses qu’il a présenté ce matin ne sera ni un plan d’austérité ni une remise en cause de notre modèle social mais la résultante d’une réforme en profondeur des structures de l’Etat, des collectivités et de la sécurité sociale : diminution des dépenses de fonctionnement, simplification du mille feuille territoriales, réorganisation des services, cette transformation de l’action publique est un choix décisif (...).
 
Efficacité, justice, souveraineté. Ce programme d’économies et de modernisation de l’action publique est pleinement conforme aux valeurs de la gauche.

"

Le plan d'économies sera examiné le 30 avril par le Parlement, après une présentation en conseil des ministres une semaine plus tôt. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus