Hollande se justifie de ne pas avoir utilisé de parapluie à l'île de Sein : "Je préfère avoir été trempé plutôt que d'avoir été au sec"

Publié à 18h37, le 18 septembre 2014 , Modifié à 17h16, le 17 octobre 2014

Hollande se justifie de ne pas avoir utilisé de parapluie à l'île de Sein : "Je préfère avoir été trempé plutôt que d'avoir été au sec"
François Hollande, durant sa conférence de presse le 18 septembre, et sous la pluie fin août © Montage le Lab
Image Etienne Baldit


MISE AU POINT - Les images avaient été terribles pour François Hollande. Trempé jusqu'à l'os, les lunettes embuées, le Président de la République avait pris l'eau sur l'île de Sein, le 25 août dernier, quelques heures à peine après l'annonce de la démission du gouvernement. Le lendemain, l'Élysée avait fait savoir que François Hollande n'avait pas voulu s'abriter sous un parapluie pour subir les mêmes conditions que les participants à cette cérémonie de commémoration de la Seconde Guerre mondiale. "Cela démontre qu’il est résistant et dur au mal, qu’il peut affronter la tempête", avait précisé l'Élysée.

Le président a aussi eu droit à une question sur le sujet durant sa conférence de presse, jeudi 18 septembre. Voici ce qu'il a déclaré :

Il m'avait été dit qu'il allait pleuvoir ce jour-là. Je n'allais pas renoncer parce qu'il pleuvait - je ne dis pas qu'il pleut tout le temps à l'île de Sein, ce qui serait faux, j'y suis venu, il pleuvait. Il y avait les enfants de ces soldats-là, il y avait des survivants, des anciens combattants, des élus, qui étaient sous la pluie, trempés, qui m'attendaient, qui savaient que cette cérémonie avait quelque chose de sacré.

Et vous pensez que j'aurais pu aller quérir un parapluie, aller demander, moi, de me mettre aux abris quand tant d'autres étaient rincés, trempés ? Parce que ça pouvait atteindre l'image du président de la République ?

Moi je pense tout le contraire.

Je pense qu'être président de la République, dans ces circonstances, ça consistait justement à être sous les intempéries, avec les français, avec ceux qui étaient là, qui me regardaient, qui ont chanté un très beau chant, parce que c'était pour eux le chant de la liberté. Et qui pouvaient avec moi communier dans l'esprit de ces soldats partis pour la patrie.

Quand on est président de la République, qu'on fait une cérémonie d'hommage, on ne se cache pas, on ne se protège pas et je préfère avoir été trempé que d'avoir été au sec.

Quelques instants plus tôt, François Hollande avait également fait référence à cette satanée pluie qui semble le suivre de très près, presque à chacun de ses déplacements, et ce depuis le lendemain de son élection. "Je ne peux pas, comme président de la République, supprimer la pluie. Je ne peux pas non plus la provoquer, même si certains ont évoqué cette hypothèse", a-t-il blagué.

Du rab sur le Lab

PlusPlus