Jean-Marie Le Guen "dément catégoriquement" avoir appartenu au Gud dans sa jeunesse

Publié à 12h49, le 17 septembre 2014 , Modifié à 19h12, le 17 octobre 2014

Jean-Marie Le Guen "dément catégoriquement" avoir appartenu au Gud dans sa jeunesse
Jean-Marie Le Guen dément avoir appartenu au Gud, comme l'affirme un journaliste de "Mediapart" © MaxPPP
Image Etienne Baldit


DÉMENTI - C'est une petite phrase glissée au milieu des informations de Mediapart sur les supposés "diplômes usurpés" de Jean-Christophe Cambadélis. Le site d'information publie mercredi 17 septembre des extraits du livre de son cofondateur, Laurent Mauduit, À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Éditions Don Quichotte).

Dans cette "longue enquête sur des responsables clés du pouvoir socialiste aujourd'hui et une plongée dans leurs débuts en politique", le journaliste affirme que le premier secrétaire du PS aurait obtenu son doctorat de manière frauduleuse. Mais au début de l'article, Mediapart écrit également ceci au sujet de Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement :

On apprend qu'il a fait ses premiers pas en politique au GUD.

Le Groupe union défense est une organisation étudiante d'extrême droite, créée à la fin des années 60 à la faculté de droit de Paris Assas. Joint par Lab, le cabinet de Jean-Marie Le Guen fait part de son démenti :

Jean-Marie Le Guen dément catégoriquement et fermement cette information qu'il juge délirante. Il se réserve la possibilité d'entamer les poursuites judiciaires appropriées.

D'après sa fiche Wikipédia, ses débuts en politique se seraient plutôt faits du côté du Mouvement de la Jeunesse Socialiste (MJS), dont il a été premier secrétaire pendant un an à partir de 1977. Il était alors âgé de 24 ans. Mais le site des Jeunesses Socialistes ne fait pas état de cette nomination. Voici ce qui est relaté pour l'année 1975, l'entrée suivante passant directement à 1981 :

Au congrès de Pau, les Jeunesses Socialistes [...] sont [dissoutes] par François Mitterrand. Le Mouvement de la Jeunesse Socialiste devient une simple courroie de transmission du PS dirigé par un secrétaire national désigné par le Premier secrétaire du PS. Tour à tour, se succéderont Edith Cresson, Alain Barrau, Jack Lang, Claude Bartolone, Jean-Marcel Bichat et Claude Fleutiaux. La mobilisation est totale en vue des élections présidentielles de 1981.

Après le conseil des ministres, Stéphane Le Foll s'est refusé à tout commentaire sur ces informations concernant Jean-Christophe Cambadélis et Jean-Marie Le Guen. Le premier secrétaire du PS a, lui aussi, contesté les informations de Laurent Mauduit : "C'est du très grand n'importe quoi", a-t-il réagi auprès de l'AFP.

[Edit 15h : ajout du démenti de Jean-Christophe Cambadélis]

Du rab sur le Lab

PlusPlus