Sébastien Chenu, ancien secrétaire national de l'UMP et fondateur de GayLib, rejoint Marine Le Pen

Publié à 10h18, le 11 décembre 2014 , Modifié à 15h55, le 11 décembre 2014

Sébastien Chenu, ancien secrétaire national de l'UMP et fondateur de GayLib, rejoint Marine Le Pen
Sébastien Chenu © DR
Image Sylvain Chazot


OUVERTURE – Avant, Sébastien Chenu était à l'UMP. Il était même secrétaire national du parti chargé de l’exception culturelle. Mais le fondateur du mouvement GayLib a décidé de changer de camp.

Selon Minute, mercredi 10 décembre, Sébastien Chenu a décidé de rejoindre le Rassemblement bleu Marine, mouvement lié au Front national. Il doit prochainement être nommé délégué national responsable de la culture, précise Le Point ce jeudi 11 décembre. Au Lab, Sébastien Chenu détaille ses nouvelles attributions :

Je vais être administrateur du RBM pour améliorer cette petite structure, recruter. Et je vais créer et lancer en début d'année prochaine un collectif culture chargé de fournir à Marine Le Pen des propositions sur ce sujet. C'est un vrai travail de fond. [...] Elle a choisi d'investir ce terrain-là car elle considère que c'est structurant. C'est aussi le domaine ou tout le monde s'accorde pour promouvoir la préférence nationale avec l'exception culturelle. 

L'ancien encarté UMP se réjouit de son transfert, un ralliement qui, dit-il, a maturé chez lui depuis assez longtemps. "Le jour où j'ai compris que l'UMP était devenu le parti de tous les conservatismes, que voter pour Sarkozy ou Juppé, cela revenait à voter Hollande ou Valls. Il n'y a pas grand-chose à attendre d'eux", explique-t-il. Il pense en revanche avoir beaucoup à attendre des frontistes. Il ajoute : 

J'ai été super bien reçu. Je suis allé voir qui sont les militants, à Nîmes chez Gilbert Collard, à Hénin-Beaumont chez Steeve Briois, j'ai vu Marion Maréchal – Le Pen, Louis Aliot, je leur ai dit d'où je venais. Si un type du FN venait à l'UMP, je ne suis pas certain qu'il serait aussi bien accueilli

Ce ralliement satisfait aussi Gilbert Collard, qui a servi d'intermédiaire entre Sébastien Chenu et Marine Le Pen. Au Point, le député RBM – dont la propre question de l'adhésion au FN se pose régulièrement – s'est félicité de cette prise de guerre :  

Son ralliement est la preuve de l'ouverture du RBM et que de plus en plus d'anciens adhérents UMP nous rejoignent.

Sébastien Chenu n'envisage cependant pas d'adhérer au FN. Principale raison : les divergences de points de vue entre Marine Le Pen et lui à propos du mariage gay. L'ancien secrétaire national de l'UMP y est favorable ; la président du FN veut l'abroger. "Le FN, ce n'était pas ma maison, je n'ai jamais voté FN de ma vie", explique Sébastien Chenu qui a donc trouvé plus cohérent de rejoindre le RBM, "un rassemblement autour de Marine Le Pen pour l'amener à l'Élysée", résume-t-il. 

Selon Le Point, Gilbert Collard doit prochainement annoncer d'autres ralliements au RBM.

Au Front national aussi on se félicite de l'arrivée de Sébastien Chenu au RBM. Contacté par Le Lab, Florian Philippot explique comment l'ancien encarté UMP les a rejoint. Il dit : 

Des rencontres ont eu lieu avec Marine Le Pen, Steeve Briois et moi-même après les européennes. On a découvert un vrai patriote qui a compris que l'UMP et le PS, c'est pareil et que ces deux partis ont abandonné la France.

Sébastien Chenu est le fondateur de GayLib, association française de défense des droits des homosexuels. Favorable au mariage gay, le mouvement a  été associé à l'UMP de 2003 à 2013 puis à l'UDI depuis 2013.

Ancien soutien de Nathalie Kosciusko-Morizet à la mairie de Paris, le nom de Sébastien Chenu avait même été évoqué pour conduire la liste UMP dans le 2ème arrondissement de la capitale, avant d'être écarté au profit de Christophe Lekieffre. "J'ai été débarqué en vertu d'’un deal non écrit et non assumé de NKM avec la Manif pour tous", avait-il dénoncé dans Le Monde.

Le rapprochement idéologique entre Marine Le Pen et Sébastien Chenu n'est pas récent. Le 7 octobre, soit deux jours après la dernière manifestation des opposants au mariage gay, le fondateur de GayLib avait écrit une tribune dans Les Échos dans laquelle il estimait que la classe politique avait été piégée par la Manif pour tous. Il ajoutait :

Marine Le Pen, qui a toujours pris soin de ne jamais provoquer ou ostraciser les gays, et qui, bien que défavorable au mariage pour tous, a toujours précisé son souhait de reconnaître un cadre légal aux couples de même sexe, de leur apporter une protection juridique, un statut légal et de ne jamais jouer sur le registre de l'exclusion, s'en tenant à un discours parfaitement républicain et s'abstenant de défiler. Elle peut aujourd'hui légitimement faire entendre une voix libre sur ce sujet n'ayant de comptes à rendre à personne, et donc sans arrière-pensées boutiquières.

Mi-novembre, dans un message posté sur Facebook, il avait expliqué pourquoi il ne votera plus pour pour Nicolas Sarkozy. "Cela fait bien longtemps que Nicolas Sarkozy ne parle plus de la France et ne résume sa pensée et son action qu'à des postures électoralistes. Pour ma part je place la France au dessus de ces manœuvres", avait-il écrit. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus