L'élogieux portrait de Frédéric Barbier par Aurélie Filippetti, pas "un technocrate en costume gris tout juste sorti de Sciences Po"

Publié à 21h37, le 09 février 2015 , Modifié à 21h37, le 09 février 2015

L'élogieux portrait de Frédéric Barbier par Aurélie Filippetti, pas "un technocrate en costume gris tout juste sorti de Sciences Po"
Aurélie Filippetti © Captures d'écran BFMTV

POINT MODE - On ne dirait pas, à en juger par son visage fermé, qu'Aurélie Filippetti appartient à une famille politique qui vient de remporter sa première législative partielle depuis 2012. Et pourtant, c'est bien le candidat PS, Frédéric Barbier, qui s'est imposé dimanche 8 février au second tour de la législative partielle dans le Doubs. Une victoire ric-rac, certes, mais une victoire quand même.

Le succès du candidat socialiste est l'occasion pour Aurélie Filippetti de dénoncer – encore – la politique menée par François Hollande. Invitée de BFMTV ce lundi 9 février, l'ancienne ministre de la Culture, débarquée du gouvernement en août dernier, parle d'abord d'un soulagement, mais aussi d'un "avertissement", compte tenu du fort score de la candidate FN.

À partir de ce constat, Aurélie Filippetti dresse un portrait pour le moins élogieux de Frédéric Barbier en forme de critique déguisée de l'entourage de François Hollande. Elle dit :

C'est un homme de terrain, c'est un homme de gauche, c'est un homme qui est issu d'une famille de PSA, d'une famille d'ouvriers de PSA. […] Ils ont élu un homme de terrain. Ils n'ont pas élu un technocrate en costume gris tout juste sorti de Sciences Po.

Pierre Moscovici ? Emmanuel Macron ? Aurélie Filippetti ne précise pas qui elle vise dans ce "costume gris tout juste sorti de Sciences Po". Seulement saura-t-on qu'elle parle de "certains qui aujourd'hui semblent faire un petit peu la pluie et le beau temps à l'Élysée ou ailleurs". Et qui ne sont pas vraiment de gauche à l'en croire. 

Elle ajoute :

Quand on est de gauche on doit avoir des hommes qui incarnent la gauche tel que Frédéric Barbier.

À suivre, donc, la couleur des costumes des membres du gouvernement et/ou proches de François Hollande. Juste pour être sûr de qui Aurélie Filippetti parle. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus