La grosse colère de Nicolas Sarkozy après son élection à la présidence de l'UMP

Publié à 20h02, le 02 décembre 2014 , Modifié à 15h47, le 03 décembre 2014

La grosse colère de Nicolas Sarkozy après son élection à la présidence de l'UMP
Nicolas Sarkozy © REUTERS/Vincent Kessler
Image Sylvain Chazot


FURAX – Nicolas Sarkozy a été élu samedi 29 novembre président de l'UMP. L'ex-chef de l'État a recueilli 64,5% des suffrages, soit bien moins que ce qu'escomptaient certains de ses amis. Le successeur de Jean-François Copé lui-même semblait "sonné", "abattu", relate un proche cité par Le Canard Enchaîné du mercredi 3 décembre.

Abattu peut-être, mais surtout très très en colère contre les médias qui, après l'annonce des résultats, ont largement évoqué les 29,2% de Bruno Le Maire. Voici ce qu'il a déclaré, cité par Le Canard :

Dans quel pays vivons-nous ? Les radios et les télévisions font de Le Maire un héros et prétendent que j'ai perdu avec 65% des voix. […] Un ami anglais m'a téléphoné pour me consoler. Il croyait que j'avais perdu. Mais qui a déjà fait 65% à une élection ? Ce n'est pas Fillon, ni Juppé, ni Hollande. Encore moins Valls, qui n'a pas dépassé 5% [5,63%, NDLR] à la primaire du PS.

Derrière ces attaques contre les médias, c'est donc Bruno Le Maire que Nicolas Sarkozy vise. Rebelote dimanche 30 novembre où, devant ses proches, le nouveau président de l'UMP a commenté l'élection de la veille. "On a gagné", martèle-t-il avant de donner sa vision du score du député de l'Eure. Voici ses propos retranscrits par Le Canard Enchaîné :

Dans un parti, quand il y a un grand favori, n'importe quel couillon peut faire un score de 30%. Mais les voix de Le Maire ne lui appartiennent pas : elles viennent des juppéistes, des fillonistes, des copéistes. Bruno, c'est du pipeau ! Il finira en slip kangourou.

Est-ce pour éviter un tel avenir à son ancien adversaire que Nicolas Sarkozy l'a reçu dès lundi 1er décembre ? Toujours est-il que les deux hommes ont pris soin de s'afficher côte à côte et tout sourire dans les locaux de l'UMP. Le rassemblement prôné par Nicolas Sarkozy se montrait devant les caméras de télévision, et aussi sur Twitter :



Afin de donner une autre preuve de rassemblement, Nicolas Sarkozy a même convié son ancien concurrent au congrès de la CDU, le parti d'Angela Merkel. Les deux hommes se rendront ensemble à Cologne en Allemagne le 8 décembre.

L'échange téléphonique entre les deux hommes, samedi 29 novembre après l'annonce des résultats, avait été *un peu* moins chaleureux. Nicolas Sarkozy avait reproché à Bruno Le Maire les attaques contre sa personne. Le second avait alors rétorqué que, lui aussi, avait été l'objet d'attaques de la part des proches de l'ex-chef de l'État, avait rapporté Libération

Du rab sur le Lab

PlusPlus