Le Bureau politique de l'UMP acte trois licenciements pour faute grave et 12 départs volontaires

Publié à 20h09, le 15 juillet 2014 , Modifié à 01h47, le 16 juillet 2014

Le Bureau politique de l'UMP acte trois licenciements pour faute grave et 12 départs volontaires
Maxppp.

Légère cure d'austérité à l'UMP. Le triumvirat et le secrétaire général du parti ont annoncé ce 15 juillet le départ de 15 salariés du siège, dont trois licenciements.


Selon les informations du Lab, quinze départs ont en tout été annoncés lors du bureau politique de l'UMP, dont trois licenciements pour faute grave. Les noms de ces salariés remerciés sont déjà connus: Eric Césari, ancien directeur-général du parti et proche de Nicolas Sarkozy, Pierre Chassat, ancien directeur de cabinet adjoint de Jean-François Copé, et Fabienne Liadzé, directrice des affaires financières de l'UMP. 


Mais ce n'est pas tout: douze départs volontaires ont également été annoncés lors de cette réunion. Le plus connu des salariés démissionnaires est Jérôme Lavrilleux, le directeur de cabinet de Jean-François Copé. Le reste de la liste ne sera annoncé que la semaine prochaine. 


Selon un participant au Bureau politique, ces économies devraient dégager 1,5 millions d'euros d'économies en année pleine, soit une moyenne de 100 000 euros par salarié. 


Ah oui, sinon, vous serez ravis d'apprendre que le Bureau politique a recommencé à parler politique ce 15 juillet, avec la réforme territoriale et le droit de vote des étrangers. Ça faisait longtemps.

Du rab sur le Lab

PlusPlus