Luc Chatel confirme la suspension du directeur général de l’UMP Éric Cesari, dont le nom est cité dans "l'ahurissante" affaire Bygmalion

Publié à 20h45, le 16 juin 2014 , Modifié à 20h45, le 16 juin 2014

Luc Chatel confirme la suspension du directeur général de l’UMP Éric Cesari, dont le nom est cité dans "l'ahurissante" affaire Bygmalion
Luc Chatel (Captures d'écran i>Télé)

Pour son premier jour comme secrétaire général de l’UMP, Luc Chatel a commencé par faire le ménage. Éric Cesari, directeur général du parti depuis 2008, a été suspendu. Le nom de ce proche de Nicolas Sarkozy est cité dans l’affaire Bygmalion, vous savez, cette affaire dont Brice Hortefeux ne saurait prononcer le nom.

Selon l’UMP, le choix de cette suspension a été pris d’un "commun accord", afin de permettre l’ex-directeur général "de se défendre" et à "l'UMP de se protéger".

Invité d’i>télé lundi 16 juin, Luc Chatel confirme cette décision :

Cette affaire Bygmalion est ahurissante. […] Il était important, compte tenu des révélations de Jérôme Lavrilleux, que nous prenions des dispositions au niveau de la chaîne de ceux qui ont pu exercer des responsabilités,  qui ont validé à un moment ou à un autre des factures qui n’avaient pas être émises ou qui ne correspondaient pas à de réelles prestations.

Dans Le Pointdébut juin, Jérôme Lavrilleux a visé Éric Césari, estimant que le directeur général de l’UMP était au courant des fausses factures établies durant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012.

Tout en rappelant le principe de présomption d’innocence, Luc Chatel précise : "Cette direction doit à la fois préparer le congrès mais elle doit rendre des comptes vis-à-vis des militants qui parfois se sont saignés pour donner 10 euros, 20 euros, pour la campagne de Nicolas Sarkozy ou pour l’UMP."

Éric Césari est suspendu mais non exclu. Il est remplacé par Philippe Gustin, ancien ambassadeur de France en Roumanie et proche de… Luc Chatel

Du rab sur le Lab

PlusPlus