Marine Le Pen reconnaît que, "parfois", Jean-Luc Mélenchon a raison "dans le constat"

Publié à 08h51, le 19 mai 2014 , Modifié à 08h51, le 19 mai 2014

Marine Le Pen reconnaît que, "parfois", Jean-Luc Mélenchon a raison "dans le constat"
Marine Le Pen © MaxPPP

MEILLEURS ENNEMIS - Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont d’accord. Après avoir pris la défense d'Henri Guaino dimanche 18 mai, la présidente du Front national a reconnu lundi 19 mai sur RTL que le co-président du Parti de gauche n'a pas tout le temps tort sur tout ; mieux, il a même raison, "parfois", sur quelques sujets :

Eh bien vous voyez, parfois, Jean-Luc Mélenchon peut avoir raison. Parfois. Dans le constat, pas dans les solutions, j’ai remarqué.

Et sur quoi Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon tombent-ils d’accord cette fois ? Sur le cas Kerviel. Alors que l’ancien trader de la Société Générale a finalement décidé de rentrer en France après avoir *un peu* hésité à la frontière italienne, la frontiste estime qu’il n’est qu’un "pion" d’un système :

S’acharner sur un homme mais ne pas remettre en cause le système de la spéculation qui permet aux banques de jouer au casino avec les économies des déposants, ça je trouve que c’est un peu facile.  

Peu ou prou ce que dit Jean-Luc Mélenchon au sujet de l’ancien trader. Dimanche, sur BFM TV, le co-président du Parti de gauche a comparé l’affaire Kerviel à celle d’Alfred Dreyfus, à la fin du XIXème siècle :

On le soutient car on pense qu’il est innocent, et nous autres à gauche sommes comme ça depuis l’affaire Dreyfus. Dreyfus n’est pas des nôtres et on l’a soutenu. Kerviel est innocent, donc on le soutient.

 Les relations entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont très tendues, notamment depuis les législatives de 2012 où le second s'était présenté face à la première à Hénin-Beaumont

Du rab sur le Lab

PlusPlus