Lors d'un meeting, Marine Le Pen prend la défense de Henri Guaino, isolé à l'UMP

Publié à 17h13, le 18 mai 2014 , Modifié à 19h31, le 18 mai 2014

Lors d'un meeting, Marine Le Pen prend la défense de Henri Guaino, isolé à l'UMP
Montage Le Lab.

Pour mieux taper sur l'UMP, quoi de mieux que de soutenir ses brebis égarées ? Marine Le Pen l'a bien compris en prenant la défense, ce dimanche 18 mai, de Henri Guaino, qui s'est récemment fait remarquer pour ses critiques sur l'Union européenne. Le député UMP des Yvelines, qui avait rallié à sa cause Laurent Wauquiez et une quarantaine de parlementaires, avait annoncé qu'il ne voterait pas pour son parti le 25 mai prochain. Plusieurs appels au silence et à la démission s'en étaient suivis.

Marine Le Pen saute sur l'occasion et défend l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy. Mais la présidente du Front national préfère insister sur le passé d'ancien conseiller de Philippe Seguin, beaucoup plus critique sur l'Union européenne en son temps :

Vous avez vu, Alain Juppé et Jean-François Copé en choeur ont demandé à Henri Guaino de s'en aller. Quel crime avait dont commis de si terrible l'ancien conseiller de Philippe Seguin ? Il a dit qu'il ne voterait pas pour l'européiste aussi dogmatique qu'impénitent Alain Lamassoure, celui qui conduit la liste UMP en Ile-de-France. A mon avis il ne sera pas le seul à ne pas voter pour lui. 

Conclusion toute trouvée pour la présidente du Front national : Henri Guaino est un "patriote", comme elle. Le seul au sein de son parti :

Quel que soit le destin de Henri Guaino nous savons désormais qu'une affirmation de patriotisme est une cause d'exclusion de l'UMP. Au moins les choses sont claires pour tout le monde. Les campagnes, ça a du bon, quand même. 

Pas sûr que Henri Guaino apprécie cette marque de soutien, lui qui avait qualifié le Front national de parti "monstrueusement inhumain".

Du rab sur le Lab

PlusPlus