Pour Bruno Le Maire, le droit de vote des étrangers est "le dernier clou sur le cercueil de la Nation"

Publié à 11h12, le 15 juillet 2014 , Modifié à 12h29, le 15 juillet 2014

Pour Bruno Le Maire, le droit de vote des étrangers est "le dernier clou sur le cercueil de la Nation"
Bruno Le Maire sur France 2 le 15 juillet 2014. © France 2

Bruno Le Maire a retenu une chose de l'interview de François Hollande le 14 juillet : son non-renoncement au droit de vote des étrangers aux élections locales. Et c'est dans des termes très durs que, invité de France 2 ce 15 juillet, celui qui veut prendre la présidence de l'UMP fin novembre fustige ce qui fut une promesse de campagne du candidat Hollande :

"

On a quelques propositions totalement irresponsables, dangereuses pour le pays, comme le droit de vote des étrangers. Tout d’un coup François Hollande ressort ça de son chapeau. Je lui reproche de proposer quelque chose qui va diviser de nouveau les Français. Le droit de vote des étrangers aux élections locales, c’est le dernier clou sur le cercueil de la Nation.

"

Pour Bruno Le Maire, deux configurations seulement sont possibles :

"

Soit on va vers ce communautarisme et on divise les Français – je m’y opposerai totalement, avec la plus grande fermeté ! – soit on essaye de reconstruire la nation française et là on parle citoyenneté, intégration, on parle de faire sa place à tout le monde.

"

Le candidat à la tête du parti ressort par ailleurs une théorie chère à l'UMP, celle de l'alliance objective entre le PS et le FN :

"

Je me demande pourquoi François Hollande ressort cette proposition. On l'a entendu nous parler également d'un scrutin proportionnel. Je me dis que la dernière planche de salut trouvée par François Hollande est de faire monter le Front national pour garantir sa réélection.

"

Des propos qui ont fait réagir à gauche, notamment la secrétaire d'Etat à la Famille Laurence Rossignol :

L'ancien porte-parole du PS, David Assouline, également sénateur de Paris a également réagi : 

[EDIT 12h27] Ajout de la déclaration de David Assouline

Du rab sur le Lab

PlusPlus