Pour Jean-Vincent Placé, "Mélenchon, c’est 'Bayrou II, le retour'"

Publié à 17h08, le 05 août 2014 , Modifié à 07h14, le 06 août 2014

Pour Jean-Vincent Placé, "Mélenchon, c’est 'Bayrou II, le retour'"
Jean-Luc Mélenchon © MaxPPP/Thibaud Moritz / IP3

Lorsqu’il scrute l’échiquier politique, Jean-Vincent Placé est désormais plus enclin à tourner son regard vers le centre, avec qui il aimerait bien s’allier, que la gauche de la gauche. En fait, le sénateur EELV considère que cela ne vaut plus le coup : le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon est, d’après lui, sur une irréversible pente descendante.

Cité par L’Express du mercredi 6 août, l'écolo imagine ainsi un avenir tout noir à la formation de Jean-Luc Mélenchon :

Les gens du Parti de gauche vont finir à 70 dans une salle enfumée, dont la moitié sera composée de dirigeants. C’est fini, tout ça.

Un brin pessimiste, Jean-Vincent Placé ? "À l’ère de l’individualisme, il n’y a plus un mec réellement communiste en France. Et le début de ce quinquennat pour technos signifie la fin de l’ère des politiques, des types flamboyants", explique l’écolo. Puis vient le tacle :

Mélenchon, c’est 'Bayrou II, le retour' : il a fait 11% en 2012, il fera 2 en 2017.

En 2007, François Bayrou avait fait figure de "troisième homme" en recueillant 18,6% des voix. Cinq ans plus tard, il était 5ème, avec 9,1% des suffrages.

Pour Placé, Mélenchon suivra le même chemin. Enfin, s’il se présente, évidemment puisque le député européen, fraîchement réélu en mai 2014, a fait part récemment à Hexagonesde son "besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles". Bref, de prendre un peu de recul. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus