Pour Nicolas Dupont-Aignan, le député Jacques Bompard n’est pas d’extrême droite

Publié à 16h23, le 27 avril 2014 , Modifié à 16h33, le 27 avril 2014

Pour Nicolas Dupont-Aignan, le député Jacques Bompard n’est pas d’extrême droite

Président de son parti la Ligue du Sud, le député Jacques Bompard, qui siège avec les députés frontistes Marion Maréchal-Le Pen (dont il fait figure de chaperon) et Gilbert Collard sur les bancs des non-inscrits, n’est pas d’extrême droite, assure ce dimanche 27 avril Nicolas Dupont-Aignan.

Invité du Supplément politique ce 27 avril sur Canal +, le député souverainiste, également non-inscrit à l’Assemblée et qui siège à côté de Jean Lassalle, a justifié ainsi le rattachement financier du maire d’Orange soulignant que ce maire "réélu triomphalement" avait "rompu avec le Front national" :

Jacques Bompard n’a rien fait de mal ! Il n’est pas d’extrême droite, il est de droite.

Quant au rattachement financier de plusieurs élus, de droite et du centre à Debout la République, comme l’expliquait le Lab en décembre 2013, Nicolas Dupont-Aignan s’en réjouit et assure que celui de Jacques Bompard "ne le gêne pas". "Ça ne m'a pas gêné parce qu'il ne l'a pas donné au Front National", a-t-il ainsi lancé.

Jacques Bompard, pas, ou plus, d’extrême droite alors ? Le député-maire d’Orange est pourtant l’un des membres fondateurs du FN, qu’il a quitté en 2005 avant de passer brièvement au MPF de Philippe de Villiers. Son parti, la Ligue du Sud, qu’il a créé en 2010 est réputé proche des identitaires.

Qui plus est, le député, habitué de la provocation parlementaire, s’est référé au mouvement d’Alain Soral, Egalité et réconciliation, dans des questions écrites à Benoît Hamon. En janvier 2013, Jacques Bompard organisait, avec Paul-Marie Couteaux, un colloque à l’Assemblée nationale en présence de nombreuses personnalités d’extrême droite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus