Primaire à gauche, proportionnelle, Jacques Toubon ...les 140 secondes du Lab avec Claude Bartolone

Publié à 14h07, le 28 juin 2014 , Modifié à 14h51, le 28 juin 2014

Primaire à gauche, proportionnelle, Jacques Toubon ...les 140 secondes du Lab avec Claude Bartolone
Claude Bartolone répond aux questions du Lab. © LCP

LES 140 SECONDES DU LAB D'EUROPE 1 - Invité de l'émission PolitiqueS de Serge Moati sur LCP, samedi 28 juin, et interrogé lors des 140 secondes du Lab, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale juge "très compliquée" l'organisation d'une primaire à gauche pour 2017, plaide pour une "grande réforme institutionnelle" et partage sa liste secrète de candidates alternatives à Jacques Toubon comme Défenseur des droits [notre article à ce sujet ici].

Voici l'intégralité des 140 secondes du Lab :

#PATIENCE

"Je pense que nous avons pris un certain nombre de décisions que nous avons pas assez mis dans leur cohérence", répond Claude Bartolone quand le Lab l'interroge sur sa position concernant l'introduction d'une dose de proportionnelle pour les élections législatives. Le président de l'Assemblée poursuit :

"

Je m'explique : la fin du cumul des mandats doit nous amener maintenant à réfléchir à une grande réforme institutionnelle. Mais il faut maintenant que les responsables politiques, peut-être dans le cadre de la prochaine élection présidentielle, aient une grande discussion sur la réforme des institutions parce que ça ne peut pas se faire petits bouts par petits bouts.

"

Selon Les Échos, François Hollande réfléchit à une réforme institutionnelle pour réduire le nombre de parlementaires et introduire une dose de proportionnelle en 2016.

#PRIMAIRE

Également interrogé par le Lab sur sa position concernant la tenue d'une primaire à gauche, pour l'élection présidentielle de 2017, même si François Hollande est candidat, Claude Bartolone répond :

"

Je pense que c'est très compliqué. Je vois mal comment un président de la République sortant peut être soumis à une primaire. Vous imaginez, la dernière année d'un quinquennat où le président se retrouve en opposition ?

"

Le président de l'Assemblée sera-il lui-même candidat ? "Je ne me pose pas ce genre de question. Je le dis aux amis qui évoquent cette question, franchement, nous verrons le moment venu".

Du rab sur le Lab

PlusPlus