Quand la présidente du Front national Marine Le Pen se compare au général de Gaulle

Publié à 07h05, le 28 novembre 2014 , Modifié à 07h05, le 28 novembre 2014

Quand la présidente du Front national Marine Le Pen se compare au général de Gaulle
Marine Le Pen. © Maxppp.

Ce vendredi 28 novembre, alors que le Front national tient son congrès ce week-end à Lyon, la famille Le Pen a les honneurs des quotidiens. Si Jean-Marie Le Pen s’exprime dans le Le Parisien – où il estime que sa fille est du "gabarit" d'Angela Merkel ou de Margaret Thatcher –Marine Le Pen le fait, elle, dans Le Figaro.

Et alors que les positions gaullistes de Florian Philippot, le numéro 2 du parti, divisent la vieille garde frontiste, Marine Le Pen en remet une couche dans ce sens. La présidente du FN assure qu’en cas de victoire à la présidentielle, elle s’engagerait à organiser aussitôt un référendum sur la sortie de l’Union européenne. Et non pas seulement de l’euro.

Elle poursuit :

"

Si les Français votent non, je partirai, car je ne leur ferai jamais une promesse que je ne suis pas capable de tenir.

"

C’est alors qu’elle se compare au général de Gaulle :

"

Mais, comme le général de Gaulle, je les préviendrai. Il y a encore des gens de cette trempe en France ! Moi, je veux le pouvoir pour changer les choses.

"

Parallèlement, dans Le Parisien, Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du FN et loin d’être un admirateur de De Gaulle, discrédite la comparaison de sa fille. Ainsi celui qui prétend être en capacité à gérer une région en 2015 (à 87 ans) parce qu’il fait "encore cinquante pompes tous les matins", d’assurer :

"

Dans le Front national, il peut y avoir de tout. M. Philippot a le droit d’avoir ses propres dilections, mais ça n’a pas plus d’implication. La référence au général de Gaulle est d’ailleurs un peu hors du temps. Il est quand même parti en 1969 !

"

Marine Le Pen appréciera. Et Florian Philippot encore plus, lui qui a eu plusieurs fois eu "l’occasion de descendre… euh défendre" Jean-Marie Le Pen. Un lapsus très révélateur.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

>> Philippot rend hommage au général de Gaulle, pas l’UMP 

>> Selon Philippot, de Gaulle voterait FN  

>> FN : quarante ans après, de Gaulle divise toujours 

Du rab sur le Lab

PlusPlus