Suivez le spectacle des questions au gouvernement du mardi 9 décembre

Publié à 14h46, le 09 décembre 2014 , Modifié à 16h38, le 09 décembre 2014

Suivez le spectacle des questions au gouvernement du mardi 9 décembre
Manuel Valls à l'Assemblée nationale © REUTERS/Jacky Naegelen

#QAG – Comme chaque mardi, à l'heure de la digestion, les députés se retrouvent pour la traditionnelle séance de questions au gouvernement. Une séance qui sera marquée, à la veille de la présentation de la loi Macron en conseil des ministres, par les interventions, entre autres, de Bernard Accoyer, Noël Mamère, Nathalie Kosciusko-Morizet et Valérie Pécresse.

#Je peux pas, j'ai Pérou

Quelques heures après l'annonce de la libération de Serge Lazarevic, Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius ne sera pas présent dans l'hémicycle. Il l'a annoncé dans un tweet, saluant la libération de l'otage français depuis le Pérou.  

#Standing ovation

En ouverture de séance, le président de l'Assemblée nationale revient sur la libération de l'otage français Serge Lazarevic. Les députés rendent hommage à l'ex-otage.



#Ça ne marche pas

François Rebsamen répond à une question du député UDI Thierry Benoît. Comme depuis fin octobre, Claude Bartolone ne présente plus François Rebsamen comme le ministre du Travail mais comme le ministre tout court. Ceci devait empêcher les élus de l'opposition de rajouter "et du chômage" derrière le titre du ministre.



Ça, c'est pour la théorie. En pratique, certains députés de droite continuent de crier "et du chômage" dans l'hémicycle. Une intervention qui a fait réagir le président de l'Assemblée ce mardi 9 décembre. Il a dit :

Ça ne marche pas. 

#Valls vs. antisémitisme

Moment rare dans l'Assemblée. Manuel Valls revient sur l'agression, la semaine dernière à Créteil d'un couple juif et rappelle la fermeté du gouvernement contre toute forme d'antisémitisme. Contrairement à son habitude, le Premier ministre a des notes dans ses mains.



Il dit :

La France sans les juifs de France ne serait pas la France.

Manuel Valls appelle "à une rébellion de la société" contre ces actes et estime que quand il s'est opposé à Dieudonné, fin 2013, il n'a pas été assez soutenu.

Applaudissements soutenus des députés.



#Guerre NKM-Wauquiez

Manuel Valls s'immisce dans la guerre entre Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez. La députée de l'Essonne interroge le Premier ministre sur sa politique et ses multiples "déclarations d'amour" à François Hollande, à l'entreprise, etc. Celui-ci lui répond :

J'aime beaucoup que l'on parle des histoires d'amour et je comprends que pour ce qui concerne les relations personnelles, ça vous intéresse. Je vous ai entendu au lendemain de votre nomination à de grandes responsabilités dans votre formation politique, passer le temps de cette émission à critiquer celui qui avait été nommé secrétaire général.

Une sortie qui amuse beaucoup… Jean-François Copé.



A LIRE AUSSI SUR LE LAB >> Et maintenant, la bataille de bureaux entre NKM et Laurent Wauquiez

#Au revoir

Du coup, à peine sa question posée - et la réponse apportée, Nathalie Kosciusko-Morizet quitte l'hémicycle. 



Dommage, certains députés n'avaient pas compris sa question et ont réclamé des éclaircissements : 

Du rab sur le Lab

PlusPlus