VIDÉO - Malek Boutih (PS) estime que Christiane Taubira "est trop victime" et "se plaint du racisme tout le temps"

Publié à 18h33, le 11 mars 2015 , Modifié à 20h40, le 11 mars 2015

VIDÉO - Malek Boutih (PS) estime que Christiane Taubira "est trop victime" et "se plaint du racisme tout le temps"
Malek Boutih et Christiane Taubira © Montage Le Lab via AFP
Image Etienne Baldit


C'est une réaction légèrement inattendue de la part d'un député socialiste. Après une nouvelle attaque contre Christiane Taubira, venue d'une élue UMP de Juvisy qui lui conseille de "rentrer là-bas" en Guyane, Malek Boutih ne se joint pas tout à fait aux réactions indignées de la gauche et de certains à droite. Car l'élu socialiste de l'Essonne critique pour sa part l'attitude de la ministre de la Justice.

L'ancien président de SOS Racisme le dit en des termes assez crus mardi 11 mars, comme l'a relayé LCP :

C’est pas bien d’être trop victime. Au bout d'un moment, la ministre de la Justice elle doit arrêter d'être tout le temps, un peu comme ça... Elle doit redevenir combative. Je préfère la Taubira qui se battait pour le mariage pour tous que celle qui se plaint du racisme tout le temps.


Pour expliquer qu'elle ne se montrera pas touchée malgré la succession des attaques à son encontre, Christiane Taubira a expliqué, ce mardi :

Moi je disais à mes enfants, car parfois mon fils aîné trouvait que je résistais à trop de situations, et je lui avais dit "mais quand je pleure, je pleure dans ma chambre".

Elle expliquait également préférer "avoir la décence de ne pas en parler", ayant "eu le temps de se forger une capacité à résister". "Voilà, on n'est pas à plaindre", ajoutait-elle.

Malek Boutih n'est pas un novice dans le domaine de la déclaration fracassante, que ce soit pour qualifier Jean-marc Ayralut de "poids mort" et de réclamer son remplacement quand celui-ci était encore Premier ministre, ou plus récemment pour demander la mise sous tutelle de certains quartiers sensibles pour lutter contre la montée de "l’islamo-nazisme".

Fut un temps où il reprochait même au prédécesseur de Manuel Valls de ne pas assez "protéger" Christiane Taubira face aux attaques racistes dont elle faisait l'objet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus