Anne Hidalgo : "j'ai de la bienveillance pour les Femen"

Publié à 17h45, le 06 janvier 2014 , Modifié à 17h58, le 06 janvier 2014

Anne Hidalgo : "j'ai de la bienveillance pour les Femen"
Anne Hidalgo invitée de Paris Première, émission diffusée le samedi 4 janvier. (Capture d'écran)
Image Paul Larrouturou

Par

SOUTIEN -  Anne Hidalgo partage sa "bienveillance" et son "respect" des "émouvantes" Femen dans une émission diffusée samedi 4 janvier sur Paris Première.

 

Invitée de l'émission "Deux" en compagnie de l'humoriste Elie Semoun, la candidate socialiste à la mairie de Paris prend la parole en ces termes à l'issue d'un reportage sur les spectaculaires actions de ce mouvement féministe radical:

J’ai de la bienveillance pour elles mais en même temps c’est dur comme mouvement. Pour elles, c’est dur. Ce qu’elles ont du vivre est dur aussi.[...]C’est une méthode d’action que moi je n’aurais pas emprunté mais j’ai du respect pour elles.

Une vidéo de Paris Première isolée par le Lab à voir ci-dessous :



Des propos qui ont immédiatement provoqué un début de polémique après le relais de sa citation, samedi 4 janvier, notamment par un tweet du journaliste de L'Opinion Dominique de Montvalon.

L'ancien magistrat Philippe Bilger fait le parallèle avec Dieudonné :



Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, reprend cette citation avec une photo choc :



Interrogé par le Lab ce lundi 6 janvier, Rémi Féraud, le directeur de campagne d'Anne Hidalgo assure que la position de la candidate a évolué depuis l'enregistrement de l'émission, le vendredi 24 octobre, et qu'elle ne tiendrait plus ces propos aujourd'hui :

Elle n’a aucune bienveillance vis à vis des actions qui manquent de respect pour les lieux de cultes et qui desservent la cause des fidèles.

Parmi les raisons mises en avant, l'action des Femen dans l'église de la Madeleine, à Paris, postérieure à l'enregistrement de la vidéo. Le 20 décembre, une membre du collectif Femen y a mimé un avortement, seins à l'air. 

Rémi Féraud assure au Lab que : 

Son avis a bien sûr évolué depuis l'action des Femen à la Madeleine, pas légitime et pas acceptable, qu'Anne Hidalgo a condamnée.

Un acte qui a provoqué les réactions outrées du maire de Paris et de NKM. De son côté, Anne Hidalgo a plus discrètement envoyé une lettre rendue publique quelques jours plus tard par La Vie. La candidate socialiste écrivant au curé de la paroisse de la Madeleine :

Aucun combat, aucune manifestation n'exige aujourd'hui dans notre ville de piétiner, moquer ou stigmatiser la foi d'une communauté.

Le jour de l'enregistrement de cette émission, les Femen avaient déjà ouvert leur "centre d'entrainement"à Paris et multiplié les actions seins nus, aussi bien pour accueillir Marine Le Pen en Bretagne que dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, en février 2013, condamnées par Bertrand Delanoë et agaçant le gouvernement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus