Attentats à Paris : Nicolas Sarkozy a parlé à François Hollande des écoutes dont il fait l’objet

Publié à 19h12, le 24 novembre 2015 , Modifié à 21h36, le 24 novembre 2015

Attentats à Paris : Nicolas Sarkozy a parlé à François Hollande des écoutes dont il fait l’objet
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image


    AH SINON – Le 15 novembre, Nicolas Sarkozy est le premier responsable politique - hors gouvernement - que reçoit François Hollande après les attentats meurtriers du 13 novembre. L’occasion pour les deux hommes de parler des solutions prônées par les Républicains et pour le chef de l’État d’écouter son prédécesseur. Mais pas uniquement au sujet des attentats.

    Comme le révèle le Canard Enchaîné dans son édition du 24 novembre, Nicolas Sarkozy en a profité pour évoquer les écoutes administratives qui l’ont visé (enfin Paul Bismuth en tout cas). L’hebdomadaire cite les propos de Nicolas Sarkozy, confirmés par les deux camps en présence selon le palmipède :

    C’est quand même incroyable que les juges m’écoutent du matin au soir, et oublient d’écouter les terroristes.

    Les deux ne relèvent pas forcément des mêmes services mais peu importe, l'ancien président a fait passer son message. Sur sa lancée, Nicolas Sarkozy se transforme en coach politique pour François Hollande, l’incitant à changer son casting gouvernemental. Il ajoute :

    Tu ne seras pas crédible dans ton combat tant que tu garderas Taubira et tant que tu auras ce matamore de Valls, qui ne fait peur à personne.

    Comme l’explique le Canard, les deux hommes se tutoient en privé.

    Au moment de la rédaction de cet article, les deux ministres étaient encore en place en tant que ministre de Justice et Premier ministre. À croire que François Hollande n’écoute pas forcément les conseils de Nicolas Sarkozy.  







    À LIRE SUR LE LAB :

    Attentats à Paris : Nicolas Sarkozy fait observer une minute de silence chez Les Républicains

    Attentats à Paris : Nicolas Sarkozy et Alain Juppé en désaccord sur "l’unité nationale"

    Du rab sur le Lab

    PlusPlus