Attention, Laurent Wauquiez se prend désormais pour Will Smith dans le film "Bad Boys"

Publié à 06h35, le 10 octobre 2017 , Modifié à 09h09, le 10 octobre 2017

Attention, Laurent Wauquiez se prend désormais pour Will Smith dans le film "Bad Boys"
Laurent Wauquiez © AFP
Image Sylvain Chazot


OH LORD HAVE MERCY MERCY MERCY Si vous avez grandi dans les années 90, sans doute connaissez-vous Mike Laury, fils de riches et policier de Miami aux méthodes peu conventionnelles, proposant parfois à ses congénères d'aller "essayer cette sensation qu'on appelle Coke"… Mais figurez-vous que le personnage du film Bad Boys de l'oubliable Michael Bay (Armageddon, Pearl Harbor, Transformers…) n'est pas qu'un simple flic interprété par Will Smith. Il est surtout un modèle à suivre pour Laurent Wauquiez.

On le sait, le favori pour prendre la présidence de Les Républicains en décembre prochain aime bien s'arranger avec sa propre histoire, comme par exemple en accentuant son côté auvergnat, lui l'enfant de Lyon ayant fait ses études à Paris. Ou quand il cible les élites, lui qui a fait Normale Sup' et l'ENA. Mais Laurent Wauquiez n'est pas que cela. Il est aussi un rebelle qui se cache, le genre de leader capable de violer les règles si c'est pour la bonne cause. Exactement comme Will Smith dans Bad Boys, donc, lorsque le flic traque des dealers méchants.

Dans un portrait de lui dressé par Guillaume Durand dans L'Opinion, ce mardi 10 octobre, Laurent Wauquiez assume :

Dans Bad Boys, Will Smith domine un couple de flics qui démantèlent des truands (sic). Je ne suis pas opposé à ce type de figure du héros qui franchit la ligne rouge à condition que ça soit pour le bien.

Tout dépend évidemment ce que l'on entend par "le bien", l'Enfer, a-t-on coutume de dire, étant pavé de bonnes intentions. Demeure une idée, celle que Laurent Wauquiez peaufine son storytelling. Et semble déterminé à détruire l'image que l'on a de lui. Celle par un exemple d'un homme de la droite de la droite près à s'acoquiner avec le FN. "Je connais par cœur la musique car on l’a déjà jouée à Nicolas Sarkozy. Pour décrédibiliser la droite, on clame tout haut que c’est l’extrême droite et, emballez c’est pesé, dans la sphère médiatique", s'indigne-t-il.  



Il revient également sur les informations qui ont circulé à son sujet. "C’est douloureux mais il y a des limites à la mystification. On a quand même écrit n’importe quoi sur moi. Que je m’étais teint les cheveux en gris pour faire plus vieux (il propose un test capillaire), que je n’avais jamais rencontré Sœur Emmanuelle (il propose des photos et des témoignages de proches), que je passais ma vie avec Patrick Buisson alors que je l’ai rencontré une dizaine de fois (il ne propose rien)", déclame Laurent Wauquiez, prêt à apporter les contre-preuves… 





À LIRE AUSSI SUR LE LAB

L'association sœur Emmanuelle demande à Laurent Wauquiez d'arrêter de penser à la place de sœur Emmanuelle

Les petits arrangements de Laurent Wauquiez avec sa propre histoire

Du rab sur le Lab

PlusPlus