Le président de Sens Commun tend la main à Marion Maréchal-Le Pen

Publié à 07h36, le 10 octobre 2017 , Modifié à 18h31, le 10 octobre 2017

Le président de Sens Commun tend la main à Marion Maréchal-Le Pen
Christophe Billan et Marion Maréchal-Le Pen © Montage via YouTube et AFP
Image Sylvain Chazot


Il a choisi de s'adresser au mensuel L'Incorrect et cela n'est pas un hasard. Dans le numéro d'octobre du magazine "de toute les droites", comme il se définit lui-même, le président de Sens Commun Christophe Billan tend la main à Marion Maréchal-Le Pen, l'ex-parlementaire frontiste, retirée pour un temps du monde politique. Un appel du pied clair qui se veut autant idéologique que personnel.

Christophe Billan explique d'abord rester chez Les Républicains parce que Sens Commun redoute "les jeux d'appareil du Front national" et "sa capacité à hystériser le débat en dévoyant nos valeurs". Mais il ne "redoute pas en soi la plupart des thématiques  du Front national : les notions de patrie, d'identité, d'État-nation, de contrôle des frontières", etc.

Puis il s'adresse indirectement à la nièce de Marine Le Pen :  

Il ne faut s'interdire de parler avec personne et il faudra bien aller parler aux électeurs de droite qui ont quitté LR. Nous avons parlé avec Marion Maréchal-Le Pen et nous l'avons assumé. Le problème de Marion Maréchal-Le Pen reste le nom Le Pen et non la plupart de ses idées. […] Si Marion Maréchal-Le Pen vient demain avec ses idées, rejoindre une plateforme, cela ne me posera aucun problème.

Si certains comme Florian Philippot ont pu un jour penser que s'appeler Le Pen était un avantage, pour d'autres comme Christophe Billan, c'est donc un inconvénient. Cela nuit au vernis qu'il convient d'appliquer, selon lui, pour que Sens commun s'acoquine avec l'extrême droite pour créer, comme le souhaite Nicolas Dupont-Aignan, "un programme commun de la droite". "Cette droite-là est une droite claire dans ses fondamentaux sans sombrer dans la radicalité et le repli. Mais il ne faut pas le dire : il faut le faire", ajoute-t-il.

Gageons que le message sera bien reçu et entendu. Le mensuel L'Incorrect lancé en septembre dernier comporte en son sein plusieurs proches de l'ancienne députée FN, comme Jacques de Guillebon ou son ancien assistant parlementaire Arnaud Stephan... Quand on veut s'adresser publiquement à Marion Maréchal-Le Pen, L'Incorrect est donc un choix facile.

[EDIT 16h05]

Auprès du Lab, le co-fondateur de Sens Commun Sébastien Pilard s'indigne des déclarations faites par Christophe Billan. L'élu de la région Pays de la Loire se fend même d'un communiqué pour exprimer sa désapprobation, lui a qui a pris ses distances avec Sens Commun à l'occasion de la primaire de la droite, à l'automne 2016.

"Parler à tous les Français évidemment mais envisager une alliance avec le FN serait contre-productive et contraire aux principes fondateurs de Sens Commun", écrit-il, condamnant "fermement" ce qu'il présente comme "une faute politique". Il ajoute : 

 

Il [Christophe Billan] participe à la cornérisation des convictions que nous sommes nombreux à porter au sein des LR. Il fait le jeu de tous ceux qui pensent que les convictions que nous portons n'ont plus leur place au sein de LR alors qu'elles sont largement partagées par nos militants. Il est finalement l'idiot utile de Solère, Darmanin & cie.

#

[EDIT 18h30]

Dans un communiqué de presse en fin d'après-midi ce mardi, le patron de LR Bernard Accoyer s'indigne de cette démarche envers l'extrême droite, de la part d'un mouvement qui dépend du parti. Le secrétaire général de Les Républicains "rappelle qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y aura jamais d’accord politique, programmatique ou d’autre nature avec l’extrême-droite ou leurs élus". Il ajoute, comme une sérieuse mise en garde :

Cette ligne rouge infranchissable s’applique strictement à tous les mouvements associés.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus