Au calme, Alain Juppé et François Bayrou échangent des textos en latin

Publié à 11h25, le 05 mai 2015 , Modifié à 11h33, le 05 mai 2015

Au calme, Alain Juppé et François Bayrou échangent des textos en latin
© Montage Le Lab via AFP

TEXTO ERGO SUM - François Bayrou et Alain Juppé ne s'écrivent peut-être pas au milieu de la nuit, comme certains. A priori, ils ne vont pas non plus jusqu'à se dire "bonne nuit" par SMS, contrairement à François Hollande et Manuel Valls. En revanche, ils ont eux aussi leur petite complicité par textos. Car oui, les deux hommes s'écrivent... et en latin s'il-vous-plaît.

C'est ce que nous apprend un confidentiel du Figaro, mardi 5 mai :

Le maire de Pau et celui de Bordeaux, qui s'entendent bien et sont tous les deux agrégés de lettres classiques, échangent des SMS, dont certains sont parfois rédigés en latin.

 

Compte tenu de leur proximité politique et de leurs caractères respectifs, on les imagine assez mal s'invectiver au moyen de locutions latines assassines (un exercice prisé par certains de leurs camarades à gauche). Car si leurs échanges se font en langue morte, c'est surtout pour disserter de la menace qui, selon les détracteurs de la réforme du collège, pèse sur l'enseignement du latin et du grec.

Comme l'ont expliqué Les décodeurs du Monde, affirmer que la réforme de Najat Vallaud-Belkacem provoquera "la fin du latin et du grec" est exagéré. En revanche, le remplacement des options latin et grec par trois mesures conjointes (une "initiation à l'étude des langues anciennes" dans le cadre des cours de Français ; l'intégration de ces langues à l'enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) "Langues et cultures de l'Antiquité" ; un "enseignement de complément" en langues anciennes) amènera vraisemblablement une diminution des heures d'enseignement de ces deux langues.

Quant à la primaire de la droite de 2016, on ne sait pas si "le sort en est jeté", mais les deux hommes travaillent leurs intérêts communs.

Du rab sur le Lab

PlusPlus