Des policiers passent de la protection de l'Élysée à celle de BHL

Publié à 14h01, le 13 février 2013 , Modifié à 19h17, le 13 février 2013

Des policiers passent de la protection de l'Élysée à celle de BHL
BHL en novembre 2011. (MaxPPP)
Image Paul Larrouturou

Par

BHL SOUS BONNE GARDE - Charlie Hebdo révèle, ce mercredi 13 février, que Bernard-Henri Lévy bénéficie désormais, après un cambriolage à son domicile parisien, samedi 9 février, de la protection de la compagnie de garde de l'Élysée.

L'hebdomadaire satirique écrit dans un article intitulé "BHL se prend pour le président", "protégé comme le président ou presque" : 

Deux flics de la Compagnie de garde de l'Élysée - une unité de 220 fonctionnaires de la préfecture de police - ont été assignés à l'entrée de son immeuble, nuit et jour.Et en gants blancs, s'il vous plaît.

[Mise à jour, 15H15] Sollicité par Le Lab, l'Elysée ne dément pas la protection policière au domicile de BHL mais assure que ces agents ne dépendent en aucun cas de l'Elysée :

Aucun agent de l'Élysée ne protège monsieur Lévy.Les agents de l'Élysée sont exclusivement affectés à la sécurité du chef de l'État.

Au delà des apparences, les deux versions ne sont pas contradictoires. Car, comme le précise Charlie Hebdo et comme son nom ne l'indique pas, la compagnie du  garde de l'Élysée ne dépend pas de l'Élysée mais de la préfecture de police de Paris. Ses agents sont notamment chargés de veiller sur les abords du palais de l'Élysée.

Laurent Léger, l'auteur de l'article de Charlie Hebdo, précise sur Twitter que deux policiers de la CGE en garde statique, 24 heures sur 24 ainsi que deux gardes du corps du service de protection des hautes personnalités (SPHP) veillent à la sécurité du médiatique philosophe.  

[Article mis à jour plusieurs fois dans l'après-midi] 

A lire aussi sur BHL sur Le Lab :

> En août, il demande à être reçu par Hollande sur la Syrie , après avoir mangé avec lui en janvier 2012

> Quelques jours plus tard, il est reçu à l'Elysée

> Son très timide soutien à Hollande pendant la campagne

> Alain Juppé, son grand copain

"Marine Le Pen, c'est Pétain, la guerre en moins" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus