Briguant la tête du PS, Luc Carvounas se targue de toujours "gagner ses élections"

Publié à 08h40, le 30 novembre 2017 , Modifié à 08h57, le 30 novembre 2017

Briguant la tête du PS, Luc Carvounas se targue de toujours "gagner ses élections"
Luc "le winner" Carvounas © Montage le Lab via France 2
Image Etienne Baldit


LE WINNER - C'est devenu un élément d'analyse politique presque comme les autres : en se présentant sur le plateau de France 2 jeudi 30 novembre, Luc Carvounas arbore une barbe de trois jours qu'on ne lui connaissait pas jusque là. Comme si quelque chose avait changé chez lui. Et de fait, il a une annonce à faire. On l'avait compris mais cette fois c'est officiel : il est candidat au poste de Premier secrétaire du PS, remis en jeu à l'occasion du congrès du printemps 2018.

"Moi aujourd'hui, je vous le dis, je souhaite être candidat, pour emmener avec moi, rassembler une équipe de femmes et d'hommes, de visages nouveaux, de proposer un projet clair aux militants, aux socialistes, aux Français, et de faire en sorte que ce congrès qui nous attend soit le congrès du commencement", dit donc le député socialiste du Val-de-Marne, ancien porte-flingue vallsiste aujourd'hui beaucoup plus à gauche que son ancien mentor. Il s'amuse par ailleurs de n'avoir "à ce jour aucun concurrent" et d'être "le seul candidat déclaré".

Stéphane Le Foll semble être sur le point de sortir du bois et Najat Vallaud-Belkacem y réfléchit sérieusement, mais il est vrai que Luc Carvounas est le premier à faire officiellement acte de candidature. Et il pense avoir un avantage de taille sur tous ses concurrents potentiels : lui gagne les élections (une qualité devenu assez rare chez les socialistes ces derniers temps). Il dit :

Quand je me lance en campagne, dans toute mon histoire, je fais partie de ces socialistes - ça peut paraître immodeste - qui gagnent leurs élections. J'ai gagné mon élection municipale [à Alfortville en 2014]au moment où tout le monde la perdait, j'ai gagné mon élection législative [en 2017], je me lance dans un combat qui est un combat collectif, pour l'avenir de ma famille politique.

Et s'il est vrai qu'il gagne en son nom, c'est moins le cas lorsqu'il soutient quelqu'un d'autre, comme en 2011 et 2017 lorsqu'il faisait les campagnes primaires de Manuel Valls puis la présidentielle de Benoît Hamon. On peut donc comprendre un certain ras-le-bol de sa part...

"Plus il y a de candidats, plus ça montre la tonicité de ce parti", dit-il enfin pour accueillir ses futurs adversaires. L'invitation est donc lancée mais qu'ils soient prévenus : c'est Luc Carvounas qui va gagner (selon la logique de Luc Carvounas). Et tout cela nous fait furieusement penser à ceci : 





#

À LIRE SUR LE LAB :

Luc Carvounas s'oppose à une rémunération pour le Premier secrétaire du PS (et donc à une candidature de Najat Vallaud-Belkacem)

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus