Pour Maël de Calan, Virginie Calmels a fait un "choix débile" en s'alliant avec Wauquiez

Publié à 07h54, le 30 novembre 2017 , Modifié à 07h56, le 30 novembre 2017

Pour Maël de Calan, Virginie Calmels a fait un "choix débile" en s'alliant avec Wauquiez
© Montage le Lab via AFP
Image Etienne Baldit


IT'S THE DROITE MODÉRÉE, STUPID - De son propre aveu, il n'était pas son premier choix et elle aurait préféré rejoindre Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse. Mais aucun ténor modéré ne s'étant déclaré candidat, la juppéiste Virginie Calmels a choisi de soutenir le très droitier Laurent Wauquiez pour l'élection à la présidence de LR. Une décision prise totalement par défaut, comme elle l'explique elle-même assez honnêtement.

Une mauvaise décision surtout, selon Maël de Calan. Poulain d'Alain Juppé - qui doit s'afficher avec lui lors d'un meeting bordelais début décembre-, l'outsider de cette élection s'emporte contre son ancienne camarade juppéiste, selon un indiscret du Point jeudi 30 novembre :



Je l'aime bien, elle a du talent, mais son choix est débile. Je remarque d'ailleurs qu'elle dit toujours faire un ticket avec Laurent Wauquiez, mais que Laurent Wauquiez, lui, ne dit jamais faire un ticket avec elle.

On ne sait pas si cela est "débile" ou non, mais Virginie Calmels s'est au passage vue promettre le poste de vice-présidente de LR en cas de victoire de son nouveau champion (à défaut d'avoir été nommée ministre de Macron). Maël de Calan, lui, a choisi une autre voie : celle d'aller défendre ses idées, minoritaires chez les adhérents du parti de la rue de Vaugirard, face à l'ultra-favori Wauquiez, dans l'espoir de faire entre 15 et 20% des voix et de "peser" ensuite sur la ligne du parti. "On ne joue pas gagnant, on joue placé", confiait-il ainsi récemment au Lab.

Rendez-vous le 10 décembre (voire le 17 en cas d'hypothétique second tour) pour voir lequel des deux juppéistes a fait le meilleur choix.

Du rab sur le Lab

PlusPlus