Bruno Gollnisch veut rejouer Mai 68 et proposer à Daniel Cohn-Bendit de participer à un colloque

Publié à 08h57, le 20 septembre 2017 , Modifié à 08h58, le 20 septembre 2017

Bruno Gollnisch veut rejouer Mai 68 et proposer à Daniel Cohn-Bendit de participer à un colloque
Deux anciens étudiants de Nanterre bientôt réunis. © Montage AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


ON REFAIT LE MATCH - En 2018, on fêtera le 50ème anniversaire des événements de Mai 68. Une date qui donne déjà des idées à certains. Ainsi, on apprend ce mercredi 20 septembre dans Le Parisien que Bruno Gollnisch souhaite proposer à Daniel Cohn-Bendit de participer à un colloque en mai prochain sur la révolution étudiante.

Il y a 50 ans, l’actuel proche de Jean-Marie Le Pen était secrétaire de la Fédération nationale des étudiants de France et s’était opposé à la contestation incarnée, entre autres, par Dany le Rouge. Un demi-siècle plus tard, Bruno Gollnisch lance une invitation à son ancien adversaire. Il dit au Parisien :

Je veux rassembler les ennemis d’hier autour d’une même table pour revenir sur cette période agitée, afin que chacun puisse donner son analyse un demi-siècle après les événements.

Actuellement en tournage avec le cinéaste Romain Goupil pour un film sur la France, 50 ans après 68, Daniel Cohn-Bendit, est prêt à la contradiction avec des *ennemis* politiques. Selon les informations du Lab, il a rencontré samedi 16 septembre Robert Ménard pour évoquer son expérience à la tête de la mairie de Béziers.





[BONUS TRACK] Bruno "couscous" Gollnisch

En pleine crise au FN, le couscous continue de semer le trouble au sein du parti frontiste entre les pro-Philippot et les pro-Marine. Interrogé lundi 18 septembre sur ce sujet, l’actuel vice-président du Front a qualifié "de crétines et de crétins" les personnes à l’origine de cette histoire. Bruno Gollnisch, lui, ne s’est pas encore prononcé sur ce sujet d’une importance majeure. Mais dans Le Moment Meurice, mardi 19 septembre sur France Inter, le patron du restaurant strasbourgeois où le "couscousgate" a débuté livre une petite anecdote :

J’ai beaucoup de parlementaire qui viennent. Il n’y a pas que lui [Florian Philippot, ndlr], même son concurrent, il est venu, il y a sept mois : Monsieur Gollnisch. Celui-là, personne ne l’a vu.

Retrouvez cette séquence ci-dessous en vidéo (à partir de 3'15) :



Quand il y en a un qui mange du couscous, ça va. Mais c'est quand il y en a plusieurs qui en mangent qu’il commence à avoir des problèmes. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus