Charles Beigbeder : "je n'hésiterais pas une seconde à soutenir le FN"

Publié à 15h52, le 29 juillet 2015 , Modifié à 08h50, le 30 juillet 2015

Charles Beigbeder : "je n'hésiterais pas une seconde à soutenir le FN"
© PIERRE ANDRIEU / AFP
Image Delphine Legouté


RAPPROCHEMENT - Il s'est fait connaître politiquement lorsqu'il est entré en dissidence à droite contre Nathalie Kosciusko-Morizet pour la conquête de la mairie de Paris, avant d'obtenir de faibles scores avec ses listes Paris Libéré. L'entrepreneur et désormais conseiller du 8e arrondissement parisien, Charles Beigbeder, est aujourd'hui en grande phase de rapprochement avec le Front national.

Charles Beigbeder fait partie de ces "passerelles" entre le FN et la droite imaginées par le maire de Béziers, Robert Ménard, lui même apparenté FN. Interrogé par le Scan à ce sujet, l'homme d'affaires est loin de rejeter la proposition. Pour le moment, il se voit plutôt discuter avec "la droite dite de gouvernement", mais il n'aurait aucun problème à "soutenir le FN" :

L'offre de droite se limitera demain à trois candidats: celui des Républicains, Nicolas Dupont-Aignan, et Marine Le Pen. Je pense que la droite dite 'de gouvernement' est favorite pour l'emporter, donc c'est avec celle-là que j'ai le plus envie de discuter.

Mais je n'hésiterais pas une seconde et n'aurais aucun état d'âme à soutenir le FN.

Autre preuve de ce rapprochement idéologique, un déjeuner organisé le 20 mai dernier avec Marion Maréchal-Le Pen, une information révélée par Le Point du 23 juillet. Charles Beigbeder s'était entretenu avec la jeune députée frontiste de la création de L'Avant Garde, un "réseau participatif d'action politique" qui souhaite soumettre ses idées aux candidats de droite. L'élu avait expliqué sa démarche dans ces termes au Point :

Notre objectif est de nourrir les candidats de droite avec notre projet. Nous voudrions nous fédérer avec la Manif pour tous, Sens commun, les Veilleurs, le Cercle Charles-Péguy, la Fondation du service politique, et parler d'une seule voix.

Selon Le Point, Marion Maréchal-Le Pen avait simplement regretté que ce déjeuner reste secret. Visiblement, Charles Beigbeder - qui a été exclu de l'UMP après son entrée en dissidence en 2014 - ne souhaite plus vraiment taire ses accointances politiques.



[Edit 19h50] Charles Beigbeder a ajouté dans un tweet :







[Edit 30 juillet] "Honte"

Telle est la réaction de Jacky Majda qui s'était présenté aux municipales sous les couleurs de Paris Libéré de Charles Beigbeder (et n'avait obtenu que 2.4% des suffrages). L'ancien candidat a rédigé un billet de blog intitulé "Pardon !".



Je voudrais simplement dire et crier que : "j’ai honte" !

Jacky Majda avait déjà réglé ses comptes avec Charles Beigbeder en mai 2014.





BONUS TRACK

Dans la short list de Robert Ménard, celle des personnalités politiques pouvant réaliser ces "passerelles" avec le FN, on trouve également Thierry Mariani, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, co-fondateur de la Droite populaire, aujourd'hui député des Français de l'étranger, au cœur de l'actualité pour son voyage en Crimée et son soutien à Vladimir Poutine dans l'annexion de la péninsule ukrainienne.

Au Scan, ce dernier a opposé une fin de non-recevoir tout en nuances à l'offre de service de Robert Ménard :

Il est toujours flatteur de se voir saluer par les responsables d'autres partis. Mais soutenir Marine Le Pen n'est pas à mon agenda, je me rangerai évidemment derrière le candidat désigné par la primaire de mon camp.

Pas à son "agenda" donc, mais Thierry Mariani anticipe déjà "l'évolution de l'échiquier politique" :

Après la présidentielle, et quel qu'en soit le résultat, nous verrons en revanche comment l'échiquier politique évolue.




A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Où l'on apprend que l'épouse de Mariani a présenté la Sarkozy TV en russe en 2007

> Thierry Mariani n'exclut pas d'être candidat à la primaire de la droite en 2016

Du rab sur le Lab

PlusPlus