Caresche (PS) s'oppose à une trop forte hausse des taxes sur les résidences secondaires car ça pénaliserait, entre autres, les parlementaires

Publié à 17h41, le 18 novembre 2016 , Modifié à 17h57, le 18 novembre 2016

Caresche (PS) s'oppose à une trop forte hausse des taxes sur les résidences secondaires car ça pénaliserait, entre autres, les parlementaires
Christophe Caresche © Captures d'écran Assemblée nationale
Image Sylvain Chazot


Cela vous avait peut-être échappé face à l'omniprésence de la primaire de la droite dans l'actualité médiatico-politique mais la France poursuit son petit bonhomme de chemin pendant que les prétendant à l'investiture de LR se chamaillent en attendant le verdict des urnes. Le projet de loi de finances pour l'année 2017 est ainsi en examen, en ce moment, à l'Assemblée nationale.

Dans l'hémicycle, dans l'indifférence quasi-générale, on discute d'amendements comme ceux concernant la fiscalité des résidences secondaires. Une flopée d'amendements a donc été déposée pour augmenter le taux d'imposition des résidences secondaires, jusqu'à 80% de la taxe d'habitation. 80%, c'est trop, pour le député PS Christophe Caresche.

Ce vendredi 18 novembre, l'élu socialiste de la 18e circonscription de Paris a donc manifesté son désaccord. Il l'a fait en prenant pour exemple la situation des parlementaires, comme l'a repéré le journaliste de BuzzFeed David Perrotin. Il a dit :



Il faut faire attention à la situation des résidents secondaires, y compris à Paris. Il peut y avoir, pour certains ménages, nécessité d'avoir une résidence secondaire à Paris. Ça n'a rien de scandaleux parce que Paris concentre un certain nombre de fonctions, de quartiers généraux, de fonctions administratives extrêmement importantes. Je crois savoir d'ailleurs qu'un certain nombre de parlementaires ont par exemple des résidences secondaires à Paris. Bah oui, ils ont l'obligation de venir ici régulièrement pour travailler. Donc faisons attention, faisons attention, faisons attention, faisons attention à ne pas, comment dirais-je, pénaliser des personnes ou des ménages qui ont une nécessité d'avoir une résidence secondaire à Paris.

Et Christophe Caresche de parler ensuite des ménages "dont l'époux ou l'épouse peut être nommé en province et qui peuvent avoir besoin d'une résidence secondaire à Paris".

Mais le meilleur exemple reste certainement celui des parlementaires et donc des députés qui, lorsqu'ils ne sont pas dans leur circonscription, sont donc à Paris, une ville dans laquelle ils doivent bien se loger. Et c'est donc ça qui justifie, entre autre, selon Christophe Caresche, de ne pas augmenter de manière trop conséquente le taux d'imposition des résidences secondaires...

Sauf que, d'après le règlement de l'Assemblée nationale, "la majorité des députés disposent d’une possibilité de couchage dans leur bureau. Les autres peuvent accéder, moyennant une participation, à l’une des 51 chambres de la Résidence de l’Assemblée nationale". 




Après débat, le député Christphe Caresche a expliqué, comme il l'avait fait dans l'hémicycle, qu'une augmentation de 80% lui "paraissait excessive". "Elle a été finalement limitée à 60%", a-t-il ajouté, arguant avoir voté cette hausse







[EDIT 17h52] Ajout tweets de Christophe Caresche

Du rab sur le Lab

PlusPlus