Christophe Castaner et Benjamin Griveaux ferment la porte à un président de l'Assemblée nationale non LREM

Publié à 09h11, le 19 juin 2017 , Modifié à 09h11, le 19 juin 2017

Christophe Castaner et Benjamin Griveaux ferment la porte à un président de l'Assemblée nationale non LREM
Christophe Castaner et Benjamin Griveaux © Montage via AFP

Les législatives se terminent à peine qu'une autre élection pointe le bout de son nez. Non ne paniquez pas, vous n'êtes pas appeler à voter à nouveau. L'élection dont on parle, c'est celle du président de l'Assemblée nationale. Alors qui succédera à Claude Bartolone ?

Ce lundi 19 juin, deux cadres de LR ont déjà fermé la porte à l'élection d'un président de l'Assemblée nationale qui ne serait pas issu du parti majoritaire. Sur Europe 1, Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche et fraîchement élu député de Paris, prévient :

"

La République en marche ayant une majorité claire, absolue, en particulier avec le MoDem, il est souhaitable que ça puisse être quelqu'un issu de La République en marche.

"

 

Un peu plus tôt, sur RTL, c'est Christophe Castaner qui, de son côté, estime aussi que le futur président de l'Assemblée doit être un député LREM. 

"

J'ai le sentiment qu'il y a suffisamment de forces vives dans La République en marche pour qu'on puisse s'appuyer sur une femme ou un homme qui viendra de notre majorité, qui devra aussi animer, au-delà de la majorité, l'ensemble des groupes parlementaires de l'Assemblée.

 

"

Le futur président de l'Assemblée nationale se trouve donc, sauf revirement, parmi les 308 députés LREM élus dimanche 18 juin. François de Rugy, qui a déjà fait acte de candidature, reste donc en course. Réponse le 27 juin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus