Christophe Castaner et Benjamin Griveaux ferment la porte à un président de l'Assemblée nationale non LREM

Publié à 09h11, le 19 juin 2017 , Modifié à 09h11, le 19 juin 2017

Christophe Castaner et Benjamin Griveaux ferment la porte à un président de l'Assemblée nationale non LREM
Christophe Castaner et Benjamin Griveaux © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


Les législatives se terminent à peine qu'une autre élection pointe le bout de son nez. Non ne paniquez pas, vous n'êtes pas appeler à voter à nouveau. L'élection dont on parle, c'est celle du président de l'Assemblée nationale. Alors qui succédera à Claude Bartolone ?

Ce lundi 19 juin, deux cadres de LR ont déjà fermé la porte à l'élection d'un président de l'Assemblée nationale qui ne serait pas issu du parti majoritaire. Sur Europe 1, Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche et fraîchement élu député de Paris, prévient :

La République en marche ayant une majorité claire, absolue, en particulier avec le MoDem, il est souhaitable que ça puisse être quelqu'un issu de La République en marche.






Un peu plus tôt, sur RTL, c'est Christophe Castaner qui, de son côté, estime aussi que le futur président de l'Assemblée doit être un député LREM. 

J'ai le sentiment qu'il y a suffisamment de forces vives dans La République en marche pour qu'on puisse s'appuyer sur une femme ou un homme qui viendra de notre majorité, qui devra aussi animer, au-delà de la majorité, l'ensemble des groupes parlementaires de l'Assemblée.

Le futur président de l'Assemblée nationale se trouve donc, sauf revirement, parmi les 308 députés LREM élus dimanche 18 juin. François de Rugy, qui a déjà fait acte de candidature, reste donc en course. Réponse le 27 juin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus