Christophe Castaner le reconnaît : il y aura peut-être des frondeurs dans la majorité LREM

Publié à 10h04, le 12 juin 2017 , Modifié à 10h08, le 12 juin 2017

Christophe Castaner le reconnaît : il y aura peut-être des frondeurs dans la majorité LREM
Chritsophe Castaner © Bertrand GUAY / AFP
Image Etienne Baldit


C'EST POSSIBLE - Avec 32,32% des suffrages exprimés (mais seulement 15% des inscrits en tenant compte de l'abstention record à 51,5%) dimanche 11 juin lors du premier tour des élections législatives, Emmanuel Macron et La République en marche vont selon toute vraisemblance s'offrir une écrasante majorité à l'Assemblée nationale : entre 390 et 445 députés. Ce qui est beaucoup. Et ce qui laisse aussi la place à des mouvements d'opposition en interne, comme on l'a connu sous le mandat de François Hollande avec les frondeurs du PS.

Sur franceinfo lundi 12 juin, la candidate LREM Laetitia Avia, arrivée largement en tête dans la 8e circonscription de Paris devant Valérie Montandon (LR), s'est ainsi dite "évidemment" prête à voter contre certains textes du gouvernement et à jouer pleinement son rôle de contrôle de l'action de l'exécutif. Même pas élue et déjà frondeuse en puissance, donc. Et Christophe Castaner l'admet sans problème : il est impossible d'avoir la certitude que la majorité votera tous les textes comme un seul homme.

Sur France Inter ce lundi, le porte-parole du gouvernement qui est aussi secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement tient d'abord à rappeler que les candidats investis par le parti du Président "ne sont pas dans l'uniformité". Il rappelle cependant les bases de la discipline de groupe : "Par contre, quand une décision collective est prise, et elle le sera au niveau du groupe pour l'Assemblée nationale, elle doit être la règle pour tous."

Il est toutefois bien incapable de promettre qu'il n'y aura pas de fronde au cours des cinq ans qui viennent :

- Christophe Castaner : Ils [les futurs députés] ont évidemment signé l'engagement de mettre en oeuvre le projet présidentiel.

- Patrick Cohen : Donc y'aura pas de frondeurs ?

- Christophe Castaner : Beh... Notez qu'en 2012, ceux qui avaient été élus avec François Hollande ont été élus grâce à François Hollande et certains l'ont oublié très vite. Donc je peux pas garantir que la totalité des élus de La République en marche ne négligent pas cela [sic]. Mais ce sera notre responsabilité de leur rappeler.

- Patrick Cohen : Il pourrait y avoir des frondeurs, donc ?

- Christophe Castaner : Beh évidemment que sur 400, vous pouvez avoir une, deux, trois personnes... Je suis incapable de dire devant vous ce matin, je vous mentirais, 'y'aura pas de frondeurs, tout se passera bien, ce sera merveilleux, on est dans le monde des bisounours'.

On le comprend : l'honnêteté l'oblige à vous dire qu'il ne peut pas vous dire l'inverse. Mais pour finir, l'homme qui sera la courroie de transmission entre le gouvernement et le Parlement adresse tout de même une mise en garde aux futurs membre de la majorité :

Ils lui devront non pas le respect à lui [Emmanuel Macron] - c'est un minimum - mais le respect à ses engagements. Ils sont là pour faire en sorte que le projet présidentiel soit mis en oeuvre sous l'autorité d'Édouard Philippe pour le gouvernement.

#







À LIRE SUR LE LAB :

> Pour Édouard Philippe, les législatives "confirment l'attachement" des Français "au projet" de Macron

Castaner justifie le coup de fil de pression de Bayrou à Radio France : "Ça s'appelle le off"

Du rab sur le Lab

PlusPlus