Comment ces politiques victimes du dégagisme en 2017 essaient de rester vivants

Publié à 11h34, le 27 décembre 2017 , Modifié à 11h34, le 27 décembre 2017

Comment ces politiques victimes du dégagisme en 2017 essaient de rester vivants
Jean-François Copé, François Hollande et Ségolène Royal. © Montage le Lab via AFP
Image Amandine Réaux


Cet article a fait l’objet d’une chronique, mercredi 27 décembre, dans l’émission "Europe 1 bonjour" de Julien Pearce.



2017 a été l’année du dégagisme en politique, lors des différentes primaires, à la présidentielle puis aux législatives. Sauf que certains n’ont pas complètement quitté la scène politique.

  • François Hollande

En quittant le pouvoir, l’ancien président avait annoncé une réserve, une retenue. On l'a finalement entendu tout l’été dans les médias, tantôt pour vanter son bilan économique, tantôt pour parler foot à la radio. François Hollande s'est carrément mué en opposant politique, fustigeant à plusieurs reprises l’orientation économique du gouvernement.

  • Ségolène Royal

L’ancienne ministre de l’Environnement, devenue ambassadrice pour les pôles Arctique et Antarctique, met en scène son nouveau job. Cet hiver, l'ex-candidate à la présidentielle a fait la une de Paris Match pendant son séjour en Laponie. On la voit en parka rouge, bonnet vissé sur la tête, faisant du traîneau, caressant un chien, faisant griller une saucisse de renne. Une bonne opération communication.

  • Jean-François Copé

Aujourd’hui, l'ancien président de l'UMP et ex-député n’a plus qu’un mandat : maire de Meaux, sa commune de Seine-et-Marne. Et, comment dire, son emploi du temps n’est pas très chargé. Ce dont il s'est lui-même amusé lors du prix de l’humour politique, au mois de novembre.



Notre conseil : tenter une carrière dans le stand up.

  • François Fillon

Lui aurait préféré qu'on ne parle plus de lui. Mais cet été, l’ancien candidat LR a été aperçu pendant ses vacances en Islande. C’est une famille de touristes français qui raconte la scène : il était en train de se baigner dans des bains d’eau chaude, et ce dans le plus simple appareil. Pour la discrétion, c'est raté.







Mais ceux qui font parler d’eux veulent-ils vraiment amorcer un retour en politique ?

Cela reste difficile à discerner. Ségolène Royal a lancé son ONG écologique, Désirs d'avenir pour la planète. Et on la soupçonne de vouloir se présenter à Paris lors des prochaines municipales.

François Hollande, lui, l’a confié : il aimerait peser sur le prochain congrès du Parti socialiste.

Quant à Jean-François Copé, s’il arrive à revenir après ses 0,3% à la primaire, chapeau ! Mais en politique, on n’est jamais vraiment mort que quand on est enterré.

Du rab sur le Lab

PlusPlus