Contrôle des chômeurs : un député LREM invite Pierre Gattaz à "se contrôler de manière journalière dans ses déclarations"

Publié à 09h00, le 19 octobre 2017 , Modifié à 09h02, le 19 octobre 2017

Contrôle des chômeurs : un député LREM invite Pierre Gattaz à "se contrôler de manière journalière dans ses déclarations"
Le député de La République en marche Gabriel Attal © Montage le Lab via franceinfo
Image Etienne Baldit


SELF CONTROL - C'est une polémique comme Pierre Gattaz en a le secret. Alors que s'ouvre la réforme de l'assurance-chômage voulue par Emmanuel Macron, le président du Medef a suggéré mardi 17 octobre l'idée d'un "contrôle journalier" des chômeurs dans leur recherche d'emploi, dénonçant les "gens qui profitent du système". Un propos par lequel le patron des patrons ne s'est pas fait que des amis, y compris au sein de la majorité.

Le député LREM Gabriel Attal a ainsi vertement répondu à Pierre Gattaz, sur franceinfo mercredi soir :



Franchement, Pierre Gattaz appelle à contrôler les chômeurs de manière journalière, je pense que lui-même pourrait se contrôler de manière journalière dans ses déclarations.

Et l'élu des Hauts-de-Seine, qui fait partie des figures que le parti du chef de l'État aimerait faire monter en puissance, de poursuivre :

On est engagés, le gouvernement, dans un projet qui est peut-être une bataille culturelle, qui est d'essayer d'arrêter d'opposer les Français les uns aux autres : les chômeurs aux salariés, les salariés aux chefs d'entreprise. On essaye de redonner à l'entreprise cette image de bien commun, cette idée de dire que les gens sont pas là dans une logique d'affrontement mais dans une logique de communauté d'intérêts.

Et ça c'est une vraie bataille culturelle. Et on peut pas rentrer dans ce débat-là et dans les négociations qui sont en cours [sur l'assurance-chômage] par l'hystérisation et en lançant des phrases dont on sait très bien les effets qu'elles auront. Donc moi je considère qu'un peu de mesure et de sens des responsabilités feraient pas de mal à certains.

Message transmis à Pierre Gattaz donc, qui s'était déjà récemment attiré les foudres du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pour un slogan de son syndicat qui disait ceci : "Si l'école faisait son travail, j'aurais du travail."

Lors d'une conférence de presse mardi, le patron des patrons avait déclaré :

Il y a des gens qui profitent du système. Ils ne sont pas hors-la-loi, mais le système leur permet de faire quatre mois de travail et de se mettre quatre mois au chômage. Je pense qu'il faut contrôler cette incitation à rechercher, peut-être un contrôle journalier comme beaucoup de pays le font.

Avec cette proposition faite à Pierre Gattaz consistant à se "contrôler" lui-même de "manière journalière", Gabriel Attal n'est en tout cas pas très loin d'une idée... que le Parti communiste avait suggérée à François Rebsamen pour les mêmes raisons il y a plus de trois ans. Le ministre du Travail d'alors avait demandé à Pôle Emploi "de renforcer les contrôles pour vérifier que les [chômeurs] cherchent bien un emploi". Et le PCF se l'était payé par communiqué :



Il s'agit aujourd'hui de contrôler l'activité réelle de Monsieur Rebsamen, François, recruté en avril dernier pour s'occuper de l'emploi. Certains chiffres et résultats enregistrés dernièrement nous font douter de sa capacité réelle et de sa détermination.


À LIRE SUR LE LAB :

Pas de Macron mais 12 ministres : Gattaz heureux que le gouvernement soit "très bien représenté" à l'université d'été du Medef

Du rab sur le Lab

PlusPlus