Divisions au FN : Wallerand de Saint Just s’oppose à Marion Maréchal-Le Pen sur les Français musulmans

Publié à 10h49, le 03 décembre 2015 , Modifié à 10h49, le 03 décembre 2015

Divisions au FN : Wallerand de Saint Just s’oppose à Marion Maréchal-Le Pen sur les Français musulmans
© Montage via AFP.

Le Front national est, comme de nombreux partis, divisé. Sur Karim Benzema, sur les subventions à accorder, ou à arrêter, aux plannings familiaux, mais aussi sur les Français de confession musulmane. A trois jours du premier tour des élections régionales, Wallerand de Saint Just, tête de liste FN en Ile-de-France, s’oppose ainsi à Marion Maréchal-Le Pen, nièce de et candidate FN en PACA.

Au micro de France Culture, ce jeudi 3 décembre, le candidat FN en Ile-de-France est invité à réagir aux propos de la députée FN du Vaucluse selon lesquels les musulmans ne peuvent être Français que sous condition. Et il n’est pas vraiment d’accord avec sa camarade de parti. Il dit ainsi, replaçant ces propos dans le cadre de la campagne régionale :

"

Ça n’est pas dans les compétences d’un conseil régional et il n’y a pas de nécessité de prononcer ces paroles dans le cadre d’une campagne régionale. J’ai prononcé d’autres paroles et écrits à l’égard de nos compatriotes de confession musulmane. Et je ne me suis pas exprimé de cette façon.

"

Et de poursuivre son opposition à Marion Maréchal-Le Pen en convoquant Napoléon et en appelant à la responsabilité d’un parti qui prétend arriver au pouvoir :

"

C’est complètement inutile. Nous sommes des responsables politiques qui nous présentons à des élections. Il faut rester strictement dans ce cadre. Si on en sort, on peut dire des choses approximatives. Nous aspirons à diriger une région, même peut-être un pays. Nous devons toujours avoir en tête la phrase de Napoléon : la France je la prends toute entière, de Clovis jusqu’à la terreur. J’essaye d’embrasser tous les êtres humains qui habitent sur le sol de la région que je voudrais diriger.

"

"Chez nous, on ne vit pas en djellaba, on ne vit pas en voile intégral et on n'impose pas des mosquées cathédrales", avait lancé la députée frontiste, rivale de Christian Estrosi (LR) et Christophe Castaner (PS) le 6 décembre, avant d’ajouter :

"

Nous ne sommes pas une terre d'Islam, et si des Français peuvent être de confession musulmane, c'est à la condition seulement de se plier aux mœurs et au mode de vie que l'influence grecque, romaine, et seize siècles de chrétienté ont façonné.

"

Déjà le 21 novembre, Marion Maréchal-Le Pen avait affirmé que les musulmans ne pouvaient avoir "exactement le même rang" que les Français catholiques. Avant de rétropédaler et d’envoyer un communiqué aux rédactions pour démentir vouloir "faire une hiérarchie entre les personnes, en l’occurrence les musulmans et les catholiques".

Du rab sur le Lab

PlusPlus