Fin 2016, Pénélope Fillon disait ne s'être "jamais impliquée dans la vie politique de son mari"

Publié à 08h38, le 25 janvier 2017 , Modifié à 18h13, le 26 janvier 2017

Fin 2016, Pénélope Fillon disait ne s'être "jamais impliquée dans la vie politique de son mari"
Pénélope Fillon et son époux François, pour qui elle a travaillé sans pour autant s'être "impliquée" dans sa vie politique ¯\_(ツ)_/¯ © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Image Etienne Baldit


JAMAIS AU GRAND JAMAIS - On l'ignorait jusqu'à mardi 24 janvier, mais Penelope Fillon a été rémunérée en tant qu'assistante parlementaire de son époux François et de son suppléant, comme l'a révélé Le Canard Enchaîné. Au total, entre 1998 et 2007 puis en 2012, elle a perçu environ 500.000 euros brut sur les caisses parlementaires. Pourtant, en octobre 2016, la même Pénélope Fillon s'engageait publiquement dans la campagne du futur vainqueur de la primaire de la droite, expliquant ne s'être "jamais", jusqu'alors, "impliquée dans la vie politique de son mari".

En octobre 2016, un peu plus d'un mois avant le premier tour de la primaire, l'épouse de l'ancien Premier ministre sortait en effet de son éternelle réserve pour battre la campagne. À l'occasion d'un déplacement à Dijon (Côte d'Or), elle évoquait ce premier engagement dans la lumière. Elle disait alors :

Jusqu’à présent, je ne m’étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari.

Une déclaration rapportée par Le Bien Public à l'époque et retrouvée notamment par le photojournaliste Louis Witter mardi 24 janvier au soir. Des propos qui rentrent quelque peu en contradiction avec son activité passée de collaboratrice parlementaire de François Fillon. Preuve que cette ligne de son CV a été soigneusement passée sous silence. Preuve, aussi, que ce poste d'assistante parlementaire n'en était pas vraiment un ? 

Fin 2016 toujours (en novembre), lors de de la présentation du comité des "Femmes avec Fillon", l'épouse du candidat déclarait encore : 

J'ai tout d'un coup senti le besoin de m'impliquer, de m'engager un peu plus fortement que je ne l'ai fait jusque là puisque depuis 35 ans, je suis bien restée dans l'ombre. Mais là, l'enjeu, je trouve, est différent. C'est la première fois que François se présente à la présidence de la République et donc c'est la première fois que je me lance vraiment avec lui dans cette bataille.

Encore plus loin dans le temps, elle tenait déjà cette ligne. Dans un portrait consacré à celui qui était Premier ministre par l'émission À vous de juger en 2008, Penelope Fillon disait à propos de son mari :

Oh bah j'ai pas de rôle. Voilà, je l'accompagne de temps en temps comme ça, ça se limite à ça.

À revoir dans cette vidéo de l'INA (à partir de 3'30") :







Remontons encore dans le temps. L'hebdomadaire Le Point a exhumé un papier du Parisien du 19 décembre 2002 intitulé "Les femmes de ministre s'affichent". A l'époque, François Fillon est ministre des Affaires sociales. Pénélope Fillon assure être en retrait de la carrière politique de son mari et jure n'aller au ministère que "le lundi matin, pour apporter le courrier qui arrive chez [eux] aux collaborateurs de [s]on mari". 

Si elle peut être contestée sur le plan moral, la pratique qui consiste pour un parlementaire à embaucher un membre de sa famille est courante et n'a rien d'illégal... pour peu qu'il ne s'agisse pas d'un emploi fictif. Or c'est bien le soupçon qui pèse sur le couple Fillon aujourd'hui.

"'Penny’ ne laisse pas de trace d’activité ni à Paris ni à Sablé-sur-Sarthe [la terre d'élection de François Fillon, ndlr]", écrit ainsi Le Canard Enchaîné. L’hebdomadaire cite également le témoignage de celle qui était à l’époque collaboratrice de Marc Joulaud, suppléant du député Fillon. Jeanne Robinson Behre dit pour sa part "n’avoir jamais travaillé avec elle".

[Edit 26/01/16 à 18h12] Ajout papier du Parisien déniché par Le Point





À LIRE SUR LE LAB :

L’argumentaire bancal et contradictoire des porte-flingue de François Fillon sur l’emploi fictif présumé de son épouse Penelope

Du rab sur le Lab

PlusPlus