Florian Philippot prévient qu'il quittera le FN si la sortie de l'euro est abandonnée

Publié à 13h17, le 11 mai 2017 , Modifié à 09h12, le 12 mai 2017

Florian Philippot prévient qu'il quittera le FN si la sortie de l'euro est abandonnée
Florian Philippot © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Image Etienne Baldit


C'EST L'EURO OU MOI - Florian Philippot le savait depuis longtemps : déjà critiqué en interne, il serait sur un siège éjectable en cas de déception autour du résultat de Marine Le Pen à la présidentielle. Or, si les quelque 10 millions de voix glanées par la présidente du FN au second tour représentent un record absolu, cela fait tout de même moins de 34% des suffrages, là où le parti frontiste a pu espérer, à un moment, s'approcher des 40%. Surtout, la fin de campagne de Marine Le Pen a déçu de nombreux cadres et militants frontistes, entre multiplication des intox, stratégie outrancière lors du débat d'entre-deux-tours et gros balbutiements sur l'euro.

Et en ce lendemain d'élection, le Front national tangue sévèrement autour de la question centrale mais contestée de la sortie de l'euro. Un point programmatique que, du haut de son statut de conseiller privilégié de la patronne du parti, Florian Philippot a incarné contre toute une frange du Front - même si historiquement, le parti a toujours été opposé à l'euro. Gilbert Collard, député RBM du Gard, met par exemple publiquement les pieds dans le plat jeudi 11 mai dans Le Parisien, le député du Gard affirmant que Marine Le Pen "doit entendre" que "la question de l'euro, c'est terminé" puisque "le peuple a fait son référendum dimanche dernier" à ce sujet.

Mais attention : si ce sujet est abandonné à l'avenir, le parti devra se débrouiller sans Florian Philippot, qui a déjà affirmé par le passé qu'il ne "resterait pas forcément des années" au FN. Sur RMC ce jeudi, le numéro 2 du parti prévient :

- Florian Philippot : Moi je raisonne en termes politiques : on ne peut pas décemment gérer un pays qui ne maîtrise ni ses lois, ni son budget, ni ses frontières, ni sa monnaie. [...]

- Journaliste : Si jamais, au sortir des législatives et du prochain congrès, la sortie de l'euro n'est plus au programme du FN, vous restez au FN ?

- Florian Philippot : Si le Front demain garde l'euro ? Non. Bien sûr que non. Je suis pas là pour garder un poste à tout prix et défendre l'inverse de mes convictions profondes. [...] Je ne crois pas un seul instant qu'un parti qui défende la nation, la France [...] renonce à un débat qui est essentiel.

Mais comme un certain nombre de frontistes ne seraient pas forcément déçus de le voir ficher le camp, Florian Philippot poursuit avec un argumentaire plus politique sur le sujet, prévenant des dégâts que pourrait causer l'abandon de cette idée-phare du FN ces dernières années :



Que la question soit posée, moi ça me choque pas. Mais je pense qu'on y perdrait en crédibilité. Ceux qui pensent qu'on y gagneraient se trompent. Parce qu'en face, on serait très légitimes à nous dire : 'Mais alors, vous avez menti aux Français pendant 15 ans. Mais peut-être que vous vous trompez aussi sur les frontières et Schengen, puisque vous vous êtes trompés sur l'euro ?' Vous imaginez dans quel cercle on rentrerait ? Ne croyons pas que faire plaisir à nos adversaires, c'est nous renforcer.

Les prochains jours et semaines devraient amener la clarification tant attendue à ce sujet. En attendant, la fiction tant de fois répétée du "il n'y a qu'une ligne au Front national" vole définitivement en éclats.

Du rab sur le Lab

PlusPlus