François Kalfon (PS) demande à Didier Guillaume, après son soutien à Olivier Dussopt, de quitter la présidence du groupe PS au Sénat

Publié à 08h54, le 27 novembre 2017 , Modifié à 10h06, le 27 novembre 2017

François Kalfon (PS) demande à Didier Guillaume, après son soutien à Olivier Dussopt, de quitter la présidence du groupe PS au Sénat
© Montage photos@afp
Image Aurélie Marcireau


Olivier Dussopt a donc franchi le Rubicon. Il est devenu, vendredi 24 novembre, ministre d’Emmanuel Macron. Un choix salué par Manuel Valls (député apparenté LREM) dont il est proche mais très critiqué au sein du PS dont Olivier Dussopt était encore membre la semaine dernière. Il avait même, comme le reste de son groupe, voté contre le budget. Mais il y a eu une réaction *un peu * étonnante : celle de Didier Guillaume. Le sénateur PS, patron du groupe socialiste a… félicité le nouveau ministre :





Des félicitations incompréhensibles pour de nombreux socialistes dont François Kalfon. Invité de Sud radio ce 27 novembre, ce membre de la direction provisoire du parti explique que Didier Guillaume ne peut plus rester à la tête du groupe au palais du Luxembourg. Il analysé :

Ça pose un problème parce qu’il a été élu président de groupe avec l’idée que son groupe était dans l’opposition donc j’invite Didier Guillaume à suivre sa propre cohérence politique. Ce n’est pas la première fois. Voilà. En même temps, il n’a pas suivi, dans le micro parti de Manuel Valls, Manuel Valls lui-même, dont il a dirigé la campagne mais plus sérieusement, s’il a un problème d’identité politique, il peut le régler d’une façon différente.

Il insiste :

Il a un problème de cohérence, très nettement, qui a été soulevé par de nombreux socialistes. Je ne vois pas comment on peut se maintenir président du groupe socialiste au Sénat - qui a voté une résolution en signifiant que ce groupe était dans l’opposition- et se maintenir comme président en répandant sur Twitter, des tweets qui sont en contradiction avec la déclaration politique.

Depuis le message, et pendant tour le week-end, des élus et militants ont twitté leur colère.   

  


 L’élection de Didier Guillaume à la tête des sénateurs socialistes avait, en septembre déjà, embarrassé de nombreux socialistes qui le trouvaient trop Macron-compatible.  

 



[Edit 9h40] Pour Didier Guillaume, c'est au bureau national du PS de décider 

Didier Guillaume, invité de LCP ce 27 novembre, s'est défendu. Il est revenu sur la polémique :  

Il y a une polémique qui a enflammé les réseaux sociaux, surtout dans la sphère parisienne. Olivier Dussopt est un ami. Un ami depuis plus de 20 ans. Il entre au gouvernement. Il est de gauche ? Oui. Je lui souhaite bon courage. Je serai d’accord parfois avec ce qu’il fera, en désaccord parfois avec ce qu’il fera dans ce gouvernement. Mais moi je ne considère pas que Jean-Yves le Drian est un traître, qu’Olivier Dussopt est un traître. 

Il s'indigne : 

Olivier Dussopt serait un traître ? Et les autres ? Les frondeurs qui ont déposé une motion de censure contre François Hollande, qui sont maintenant en train de donner des brevets à la gauche ? (...) Il y a eu ce week-end… J’ai reçu sur la figure des tombereaux de boue et d'insultes notamment d‘anciens députés frondeurs qui n’ont d’ailleurs pas été réélus aux dernières législatives. Il faudrait me tondre à la Libération ? C’est quoi ? C’est ça la fraternité ? C’est ça les idées de gauche ?Les socialistes n’ont pas interrogé les militants. La ligne du parti sera prise au prochain congrès. Moi je suis dans la ligne du PS sans aucun problème. J’ai entendu un certain nombre de responsables politiques qui veulent m’exclure. Je ne sais pas ce que fera le parti socialiste mais moi je veux dire très clairement au bureau national du PS de demain soir de prendre leurs responsabilités. Si le bureau national du PS pense que (...) je ne dois pas rester président du groupe, je prendrai mes responsabilités. (…) Sans cela, le débat est  clos. 

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

On a trouvé un socialiste pour défendre l’entrée au gouvernement d’Olivier Dussopt (et il s’en prend plein la tronche)

Remaniement : ces votes contre le gouvernement qu’Olivier Dussopt va regretter maintenant qu’il est secrétaire d'Etat  

VIDÉO - Quand le ministre Darmanin jugeait que le député Dussopt, aujourd'hui son secrétaire d'Etat, disait "n'importe quoi" 

 







Du rab sur le Lab

PlusPlus