Gérard Collomb opposé au non-cumul des mandats voulu par Hollande

Publié à 09h12, le 18 juillet 2012 , Modifié à 09h23, le 18 juillet 2012

Gérard Collomb opposé au non-cumul des mandats voulu par Hollande
Gérard Collomb, en 2012. (Maxppp)

Le sénateur et maire de Lyon Gérard Collomb a prié Lionel Jospin de réfléchir à quelque chose "de plus large" que l'interdiction pure et simple du cumul des mandats. 

Interrogé ce mercredi 18 juillet, sur LCI, il a appelé le nouveau président de la commission de la moralisation de la vie politique à ne pas couper Paris des régions, fustigeant un "état hyper jacobin"

  1. "Peut être Lionel Jospin pourrait-il réfléchir sur quelque chose de plus large ?"

    Sur lci.tf1.fr

    La règle du non-cumul des mandats ne passe pas chez tous les socialistes. 

    Interrogé sur la commission de moralisation de la vie politique, présidée par Lionel Jospin, sur LCI, mercredi 18 juillet, Gérard Collomb qui cumule deux mandats, celui de maire de Lyon et de sénateur s'est opposé à la règle du non-cumul des mandats, imposée par François Hollande, et défendu son cas : 

    "

    On est dans un Etat hyper jacobin ou les décisiosns se prennent à Paris.

    Si les maires des grandes villes, si les présidents des conseil généraux, régionaux perdent ce contact, [...] ils vont se retrouver totalement coupés des lieux de pouvoirs.

    "

    Et propose à Lionel Jospin, nommé samedi 14 juillet à la tête de la commission, à ouvrir la réflexion... tout en lui proposant quelques pistes :

    "

    Peut être Lionel Jospin pourrait-il réfléchir sur quelquechose de plus large ? 

    Commment on fait, en France, un ré-équilibrage des pouvoirs entre ce qu’il se passe à Paris, dans les gouvernements, et ce qu’ils se passe dans les territoires [...]

    "
    "

    Réflechissez plus large et regardez ce qu’il se passe en Allemagne ou y’a le Bundestag et les Bundesrat [...]

    "

    Peu après son élection, François Hollande a pressé les membres du gouvernement à choisir entre leur mandat d'exécutif local et gouvernemental pour respecter la règle du non-cuml des mandats

    Jean-Marc Ayrault, nommé premier ministre, a ainsi laissé son siège de maire de Nantes, le 29 juin.  

    La commission de la moralisation de la vie politique doit se pencher sur le sujet. 

    Autre sujet abordé par le maire de Lyon : la vie interne du PS

    Gérard Collomb a expliqué qu'il signera la contribution commune de Jean-Marc Ayrault et Martine Aubry :

    "

    Il n’y a qu’une vraie contribution.

    A partir du moment où vous abordez le pouvoir vous ne pouvez pas vous disperser dans tous les azimuts.

    Normal que dans cette période, face aux difficultés que sont celles de la France et des Français les militants se rassemblent.

    "

Du rab sur le Lab

PlusPlus