Jean-Marie Le Pen regrette de ne pas connaître Donald Trump pour "drainer dans les caisses du FN" une partie de ses milliards

Publié à 14h54, le 12 décembre 2015 , Modifié à 14h54, le 12 décembre 2015

Jean-Marie Le Pen regrette de ne pas connaître Donald Trump pour "drainer dans les caisses du FN" une partie de ses milliards
Donald Trump et Jean-Marie Le Pen © AFP
Image Sylvain Chazot


On ne choisit pas sa famille, mais on choisit ses amis. Jean-Marie Le Pen est plutôt bien placé pour en parler, lui qui a vu sa présidente de fille mettre tout en œuvre pour l'exclure du parti qu'il a fondé. Ça, c'est pour l'aspect familial. Mais du côté amical aussi, le "Menhir" nourrit quelques regrets. Comme celui de ne pas connaître Donald Trump.

Dans son Journal de bord n°419 publié vendredi 11 décembre, Jean-Marie Le Pen évoque le cas du candidat à laMaison-Blanche, qui ambitionne d'interdire aux musulmans l'entrée sur le territoire américain ou n'hésite pas, en meeting, à se moquer du handicap d'un journaliste.

Le fondateur du Front national semble apprécier Donald Trump. Aussi, quand son interlocutrice Marie d'Herbais de Thun lui demande si le parallèle effectué parfois entre eux deux l'amuse, Jean-Marie Le Pen répond par l'affirmative.

>> LIRE Donald Trump Is Our Jean-Marie Le Pen

Mais le fondateur du FN a quand même un regret : ne pas connaître personnellement Donald Trump car ce dernier est milliardaire et cela compte.

Il dit :

Si cela pouvait drainer dans les caisses du Front national une partie des milliards de monsieur Trump [prononcé "Trompe", nldr], ça serait une bonne affaire. Hélas, nous ne nous connaissons pas et nous sommes des spectateurs du grand théâtre démocratique américain et de la campagne électorale. Voilà. C'est tout. [rires]

À voir en vidéo ci-dessous à partir de 3'00 :





La fortune de Donald Trump, magnat de l'immobilier américain, est estimée à 4,5 milliards de dollars par le magazine Forbes. L'intéressé estime, pour sa part, que son patrimoine atteint les 10 milliards de dollars.

Oui, c'est vrai : cette somme pourrait faire saliver d'envie n'importe quel ambitieux politique.

On rappellera quand même que les dons de particuliers aux partis politiques en France ne peuvent pas dépasser les 7.500 euros par personne et par an. Du coup, les milliards de monsieur Trump ne pourraient pas renflouer "les caisses du Front national". Que le milliardaire américain connaisse Jean-Marie Le Pen ou non.

Et puis Jean-Marie Le Pen a, qui plus est, déjà eu des amis très très riches. Hubert Lambert, par exemple, cet héritier qui lui a légué sa fortune à sa mort en 1976.







À LIRE SUR EUROPE1.FR : 

Laurence Haïm : Donald Trump "fait ce qu’il veut et ça marche"

Donald Trump, un guignol qui ira loin ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus