Le bureau exécutif du FN décide d'exclure Jean-Marie Le Pen

Publié à 20h15, le 20 août 2015 , Modifié à 20h31, le 20 août 2015

Le bureau exécutif du FN décide d'exclure Jean-Marie Le Pen
© DR / Montage @Mikkado

SAME PLAYERS SHOOT AGAIN - Marine Le Pen et Florian Philippot étaient absents mais peut-être que certains leur raconteront comment, en ce jeudi 20 août, le bureau exécutif du FN a décidé d'exclure Jean-Marie Le Pen du  parti qu'il a fondé. 

Dans un communiqué, le FN écrit : 

 

"

A l’issue de la réunion qui s’est tenue ce jour, le bureau exécutif du Front national, réuni en formation disciplinaire, a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l’exclusion de M. Jean Marie Le Pen comme membre du Front national. La décision complète et motivée sera notifiée prochainement à M. Le Pen.

"

Apprenant en direct sur BFMTV cette décision du BE, l'avocat de Jean-Marie Le Pen, Frédéric Joachim, a dénoncé un "assassinat politique".

Aux termes d'une réunion marquée par "des moments assez vifs" mais où tout s'est passé "correctement", selon Jean-Marie Le Pen, Nicolas Bay, Louis Aliot, Steeve Briois, Wallerand de Saint-Just, Jean-François Jalkh et Marie-Christine Arnautu ont quand même choisi de sanctionner le patriarche, jugeant que, ces derniers temps, le créateur du FN était allé beaucoup trop loin (remember).

Le tout s'est fait en présence de Bruno Gollnisch, non membre du BE mais ami indéfectible du "Menhir". "Ne doutez pas de la solidarité de nombreux Français à l'égard de Jean-Marie Le Pen. […] Mais beaucoup seraient meurtris, révoltés, par l'injustice envers un homme exceptionnel auquel, nous n'en doutons pas, l'Histoire rendre justice", a déclaré l'eurodéputé devant le bureau, après avoir exprimé ses doutes quant à la "dédiabolisation" du parti. Il a ajouté : 

"

Quand je vois des personnes qui doivent l'essentiel de leur statut politique à l'action passée de Le Pen et de tous ceux qui l'on soutenu et entouré, participer à sa lapidation médiatique, je trouve que cela manque vraiment de décence

"

Pas suffisant, donc. Le Front national a dit au-revoir à Jean-Marie Le Pen. Une nouvelle fois. Au-revoir mais sûrement pas adieu : il y a fort à parier que l'affrontement filial n'est pas encore tout à fait terminé à Nanterre.

Selon un document diffusé par L'Opinion, Jean-Marie Le Pen avait par exemple demandé la récusation de l'ensemble de "ses juges", estimant avoir "en l’espèce de sérieuses raisons de douter de l’impartialité à son égard de la juridiction disciplinaire". Il a également émis de sérieux doutes quant à l'authenticité de la signature de Marine Le Pen sur la lettre le convoquant devant le bureau exécutif.

En sortant du BE, devant les journalistes et après avoir invité à la reprise du dialogue, la patriarche a lancé : 

"

Je ne demande pas l'indulgence mais la justice

 

"

Le 4 mai dernier, le bureau exécutif du parti avait déjà décidé de suspendre le "Menhir" de sa "qualité d’adhérent" du parti. Le 2 juillet, le tribunal de grande instance de Nanterre annulait cette mesure du BE, réintégrant de fait Jean-Marie Le Pen au FN. Quant à la tentative de suppression du statut de président d'honneur, on sait ce que cela a donné... 

 

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Jean-Marie Le Pen a des doutes sur l'authenticité de la signature de Marine Le Pen sur la lettre le convoquant devant le bureau exécutif

> [SUPER-BINGO] Comment Jean-Marie Le Pen va-t-il réagir à sa possible exclusion du FN ? 

> Marine Le Pen et Florian Philippot sécheront le bureau exécutif du 20 août qui doit régler le sort de Jean-Marie Le Pen

> Communiqué de Jean-Marie Le Pen à propos du bureau exécutif du FN : ces trois détails qui vous avaient échappé

> Encore une victoire pour Jean-Marie Le Pen : la suspension du congrès postal du FN confirmée par la cour d'appel de Versailles 

Du rab sur le Lab

PlusPlus