Embrouille à coups de casiers judiciaires entre deux élus FN et LR après l'annonce de la venue de JoeyStarr à un festival

Publié à 17h22, le 14 mars 2016 , Modifié à 17h40, le 14 mars 2016

Embrouille à coups de casiers judiciaires entre deux élus FN et LR après l'annonce de la venue de JoeyStarr à un festival
JoeyStarr © FRED TANNEAU / AFP

Le maire FN de Fréjus David Rachline n'est pas fan du chanteur Raphaël. L'élu frontiste a même publiquement critiqué la venue du chanteur pour un concert dans sa ville. Mais le sénateur du Var n'est pas le seul, au FN, à vilipender les artistes qui ne lui plaisent pas. Frédéric Boccaletti, conseiller municipal de Six-Fours, a décidé, de son côté, de s'en prendre à JoeyStarr.

Tout cela est habituel : chaque année, le FN s'énerve de l'invitation de JoeyStarr à un festival de musique. En août dernier, Gauthier Bouchet, conseiller municipal FN de Saint-Nazaire, avait ainsi fait part de toute son indignation concernant la venue du rappeur au festival Les Escales.

Mais cette fois, la critique musicale est à l'origine d'un affrontement politique entre le responsable du FN dans le Var et le député-maire LR de Six-Fours, Jean-Sébastien Vialatte. C'est l'élu frontiste qui dégaine le premier en se demandant si le premier édile ne cautionne pas les violences faites aux femmes en accueillant JoeyStarr. "JoeyStarr […] n'est autre qu'une honte pour sa profession et une insulte vivante pour toutes les femmes victimes de violences", écrit–il dans un communiqué, vendredi 11 mars.

Jean-Sébastien Vialatte lui répond le lendemain dans les pages du quotidien Var Matin. L'élu LR s'inquiète des remarques incessantes du parti de Marine Le Pen dans le domaine artistique. Il dit :

"

Cela montre que si le Front national arrivait au pouvoir, la censure serait de retour. Et que l’art officiel reprendrait le dessus...

 

"

Et le maire d'expliquer que, "au regard de son passé, M. Boccaletti n’est pas le mieux placé pour donner des leçons de morale à qui que ce soit !". À la tête de la fédération FN du Var depuis 2010, Frédéric Boccaletti a été condamné en 2000 à un an de prison dont six mois ferme pour violence en réunion avec armes.

Ce rappel historique déplaît à l'intéressé encore plus fortement que le refrain de Seine-Saint-Denis style. Dans un nouveau communiqué, également samedi 12 mars, Frédéric Boccaletti répond donc à Jean-Sébastien Vialatte. Violemment :

"

Le parallèle que fait Jean-Sébastien Vialatte entre le casier judiciaire extrêmement chargé de JoeyStarr et moi-même relève du niveau d'une fosse septique. Pour les leçons, Jean-sébastien Vialatte repassera ! Car entre ses condamnations et celles de ses proches amis, il n'a qu'une chose à faire : se taire !

 

"

En septembre 2014, Jean-Sébastien Vialatte a été condamné à 2.000 euros d'amende et 4.000 euros de dommages et intérêts pour incitation à la haine raciale. En mai 2013, après les accidents survenus lors de la célébration du titre de champion de France du PSG, l'élu LR avait tweeté ce message un chouïa raciste : "Les casseurs sont sûrement des descendants d'esclaves. Mais ils ont des excuses. Taubira va leur donner une compensation."

JoeyStarr a été condamné en 1999 à six mois de prison ferme pour coups et blessures volontaires sur son ex-compagne, puis en 2009 à trois mois de prison ferme pour violences conjugales. Des peines qu'il a purgées. Aujourd'hui, il se retrouve à l'origine - bien malgré lui - d'un affrontement politique entre deux élus pour savoir lequel des deux est le plus haut gradé dans les rangs de la délinquance.

Du coup, on vous laisse avec ça :

Du rab sur le Lab

PlusPlus