La députée LREM Brigitte Bourguignon pronostique un éclatement de la majorité à l’Assemblée

Publié à 12h49, le 19 septembre 2017 , Modifié à 12h49, le 19 septembre 2017

La députée LREM Brigitte Bourguignon pronostique un éclatement de la majorité à l’Assemblée
Brigitte Bourguignon, poumon gauche de la majorité. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


MA MAJORI-T VA CRACK-ER - Brigitte Bourguignon sera l’une des élues La République en marche (LREM) en vue dans les prochains mois. Avec la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, qu’elle préside, elle examinera bientôt la réforme de la formation professionnelle puis celle des indemnités chômage.

Après avoir coordonné l’examen de la loi d’habilitation pour la réforme du code du travail cet été – non sans frictions – l’ancienne députée socialiste veut que le gouvernement se rééquilibre à gauche. "Je ne veux pas que l’on soit seulement courageux dans le domaine économique. Sur la question du relèvement des minima sociaux, il ne faut pas que la main tremble", prévient-elle ce mardi 19 septembre dans L’Opinion. Mais Brigitte Bourguignon est consciente que les prochains sujets vont heurter certains élus LREM. Elle explique :

La première fois que j’ai vu Edouard Philippe, je lui ai clairement indiqué que j’étais de gauche. La droite républicaine et la gauche pragmatique peuvent réussir ensemble mais il faut sortir des slogans. A l’Assemblée, il n’y a pas encore de véritable ligne politique. Mais au fur et à mesure que l’on va rentrer dans les vrais débats politiques, comme le budget ou la PMA, on va perdre des députés qui jugeront que la majorité penche trop à droite ou trop à gauche.

Dans cette confidence, deux nouvelles : 1/ Il existe des députés de gauche dans la majorité. 2/ Selon Brigitte Bourguignon, "il n’y a pas encore de véritable ligne politique" au Palais Bourbon et la majorité pourrait bien éclater quand les députés devront se prononcer sur des sujets politiquement clivants. Difficile de donner tort à la présidente de la commission des affaires sociales. En effleurant à peine un sujet comme la procréation médicalement assistée (PMA), le député LREM de Seine-et-Marne Jean-Michel Fauvergue est apparu *légèrement* gêné pour donner son avis - alors que gouvernement prévoit l'ouverture de la PMA à toutes les femmes d'ici 2018.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus