La députée Olivia Grégoire "songe" à être candidate à la présidence de LREM

Publié à 15h24, le 13 octobre 2017 , Modifié à 18h29, le 13 octobre 2017

La députée Olivia Grégoire "songe" à être candidate à la présidence de LREM
La députée LREM Olivia Grégoire © Montage le Lab via Le Figaro
Image Etienne Baldit


WHY NOT ? - Vous ne la connaissez peut-être pas et ce n'est pas complètement anormal, La République en marche disposant de très peu de ténors présents médiatiquement. Ses quelques figures sont à peu près toutes membres du gouvernement et on peine à identifier des voix fortes parmi les parlementaires de la majorité. Mais Olivia Grégoire, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée, aimerait visiblement changer tout ça et se faire un nom.

Invitée du Talk du Figaro vendredi 13 octobre, la députée de Paris est interrogée sur l'avenir proche du parti lancé par Emmanuel Macron. Le mouvement s'est doté d'une direction collégiale temporaire au mois d'août - incarnée par l'ex-député PS Arnaud Leroy, la sénatrice Bariza Khiari et l'ex-conseillère du chef de l'État Astrid Panosyan - mais une nouvelle élection est prévue en novembre pour désigner le, la ou les futurs leader(s) du parti. Et Olivia Grégoire "songe" à se porter candidate, trouvant que "ça serait chouette" qu'elle soit élue. Voici son échange avec le journaliste Yves Thréard :

- Olivia Grégoire : On a un an et quelques mois d'existence, c'est un parti qui est neuf, c'est une méthode qui est neuve, des gens qui sont neufs. Je pense qu'il est important qu'il y ait un homme ou une femme à la tête de notre parti, qui porte nos idées, notre méthode et le renouvellement que nous voulons porter.

- Yves Thréard : Votre préférence va vers qui ? On parle beaucoup de Benjamin Griveaux [secrétaire d'État et très proche d'Emmanuel Macron, ndlr]...

- Olivia Grégoire : On parle beaucoup de Benjamin Griveaux, qui a parmi ses qualités, au-delà d'être sympathique et apprécié, d'être un fin politique. Je pense que c'est quelqu'un qui comprend bien la vie politique française.

- Yves Thréard : Et pourquoi pas une femme ?

- Olivia Grégoire : Et pourquoi pas une femme ?

- Yves Thréard : Et pourquoi pas vous ?

- Olivia Grégoire : Et pourquoi pas moi ? Est-ce à moi d'y répondre ?

- Yves Thréard : Bah oui, je vous pose la qustion.

- Olivia Grégoire : Ça serait chouette !

- Yves Thréard : Vous êtes candidate ?

- Olivia Grégoire : Non, pas à cette heure, mais j'ai pas... non.

- Yves Thréard : Vous y songez ?

- Olivia Grégoire : J'y songe, moi j'ai pas peur des responsabilités. En tout cas ce que je sais, c'est qu'il faut porter le renouvellement. On est vraiment sur un enjeu de méthode là : 'faire de la politique autrement', ça a été un slogan pendant des années, on essaye vraiment de le faire. Et c'est pour ça qu'on prend un peu de temps. Il faut du temps pour changer les choses.

Elle n'est donc pas encore en lice, mais pourrait se lancer. Pour l'heure, personne dans les rangs du parti présidentiel n'a fait connaître de telles intentions. Depuis des mois, il se dit que la présidence de LREM pourrait échoir à Benjamin Griveaux, l'un des premiers compagnons de route d'Emmanuel Macron et rouage essentiel de sa campagne.

Mais le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'est aussi positionné pour les municipales de 2020 à Paris. De manière un peu trop voyante au goût du Président d'ailleurs, qui rechignerait désormais à donner trop d'importance à son ancien porte-parole... Les jeux sont donc ouverts.









[BONUS TRACK] Ferrand pas candidat

Alors que la députée LREM Olivia Grégoire "songe" à prendre la tête du parti, pour Richard Ferrand, ce sera non. Le chef de file des députés LREM, qui vient tout juste de voir l'affaire des Mutuelles de Bretagne classée sans suite, annonce dans une interview au Figaro et au Télégramme, publiée ce vendredi 13 octobre, que l'élection pour la présidence du parti La République en Marche se jouera sans lui :



Non, je ne suis pas candidat à la présidence d'En marche !. Mais on peut être très utile sans être le premier des responsables ! D'une façon ou d'une autre, je participerai à la vie du mouvement, je prendrai ma part, et je serai là pour donner un coup de main. L'esprit d'En marche ! fait qu'il y a toujours eu une collégialité informelle, et celui ou celle qui sera élu à la présidence du parti portera forcément cet esprit. 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus