Après contestation, le hamoniste Régis Juanico intègre la direction collégiale du PS

Publié à 09h25, le 08 juillet 2017 , Modifié à 17h36, le 08 juillet 2017

Après contestation, le hamoniste Régis Juanico intègre la direction collégiale du PS
Benoît Hamon © XAVIER LEOTY / AFP

Après les échecs cuisants de la présidentielle et des législatives, le Parti socialiste engage sa reconstruction. Samedi 8 juillet, une direction collégiale doit être nommée au cours d'un conseil national. Choisis par Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire démissionnaire au soir du second tour des législatives, ses membres auront la charge de relancer un PS en pleine expérience de mort imminente, jusqu'à la tenue d'un congrès. Et aucun proche de Benoît Hamon, pourtant désigné porte-étendard par les militants et sympathisants au cours de la primaire en janvier dernier, ne sera de la partie. 

[EDIT 17h30 : de fait, aucun hamoniste ne figurait dans la première liste transmise par Cambadélis, ce qui a occasionné contestation des intéressés, débat houleux et intégration in extremis de Régis Juanico au sein de la direction collégiale.]

La faute à l'ex-candidat à la présidentielle lui-même, explique "Camba" au Monde ce samedi, qui annonce "une direction extrêmement resserrée" de 14 membres, sur "une centaine de candidatures reçues". L'ancien patron de Solférino rappelle que le vainqueur de la primaire a récemment quitté le PS pour lancer son "Mouvement du 1er juillet", ce qui n'est pas très compatible avec la présence de ses lieutenants dans les instances dirigeantes, qui était pourtant à l'ordre du jour avant cette rupture :

C’était prévu jusqu’au moment où Benoît Hamon a décidé de quitter le PS. Mais comme on est dans un moment incertain, où quelques-uns ont décidé de le suivre et d’autres pas, je préfère que cette question ne soit pas posée dans la direction. [...] Pas de double appartenance vis-à-vis de La République en marche (LRM), ni du Mouvement du 1er juillet.

 

Dommage pour le député Régis Juanico (par ailleurs sélectionneur de l'équipe de foot parlementaire), dont le nom circulait pour intégrer cette direction collégiale. A priori, le camp Valls devrait donc connaître la même situation, après que l'ancien Premier ministre a décidé de siéger avec la majorité présidentielle à l'Assemblée et a lui aussi quitté le PS. Jean-Christophe Cambadélis estime :

Je crois que le double départ de Manuel Valls et de Benoît Hamon clôt le débat. Les deux dirigeants de la droite et de la gauche du parti ont décidé de ne plus être dans le PS. Ce qui donne, par cette clarification par le vide, une chance inattendue de ne pas être dépendant de leurs demandes.

Cette fois, c'est Luc Carvounas qui pourrait donc être déçu, puisque son nom circulait aussi. Vallsiste, le tout nouveau député du Val-de-Marne a cependant pris ses distances avec son ami, refusant de le suivre dans son rapprochement avec le parti d'Emmanuel Macron. Cela lui permettra-t-il d'intégrer la nouvelle équipe dirigeante ? [EDIT 17h30 : il fait bien partie des 16 dirigeants.]

Parmi les autres noms régulièrement évoqués, figurent ceux des anciens ministres Matthias Fekl et Najat Vallaud-Belkacem, des députés Olivier Faure (patron du groupe "Nouvelle Gauche" à l'Assemblée), Valérie Rabault, du premier fédéral de Paris et proche d'Anne Hidalgo Emmanuel Grégoire, des députés européens incarnant la gauche du parti, Emmanuel Maurel et Guillaume Balas, des hommes d'appareil Rachid Temal et François Kalfon (directeur de campagne d'Arnaud Montebourg durant la primaire) mais aussi des élus locaux censés incarner la "gauche de terrain".

Parmi eux, la maire de Rennes Nathalie Appéré, dont l'entourage fait savoir qu'elle n'est "pas candidate mais est forcément très intéressée pour participer à un travail collectif", la maire de Nantes Johanna Rolland ou encore la présidente de la Région Occitanie Carole Delga. Le maire de Bourg-en-Bresse et actuel trésorier du PS Jean-François Debat ou encore celui de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi seraient aussi sur les rangs.

[BONUS TRACK]

Quant au mouvement créé par Benoît Hamon, Jean-Christophe Cambadélis en livre cette analyse #PlutôtSympa :

À partir du moment où le parti reste une formation avec quatre présidents de région, des présidents de conseils départementaux, 1 000 maires de villes de plus de 10 000 habitants et qu’aucun ne suit Benoît Hamon… Son chemin, c’est une partie de la jeunesse et l’alliance avec Yannick Jadot et Cécile Duflot. Mais ça ne fait pas un PS refondé, c’est un gros PSU [Parti socialiste unifié]. Il est en train de refonder Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus