La grosse charge de Macron contre Mélenchon : "Les révolutionnaires sont souvent des ratés du suffrage universel"

Publié à 06h33, le 27 septembre 2017 , Modifié à 10h01, le 27 septembre 2017

La grosse charge de Macron contre Mélenchon : "Les révolutionnaires sont souvent des ratés du suffrage universel"
Emmanuel Macron © ludovic MARIN / AFP
Image Sylvain Chazot


Le mercredi, c'est jour de Canard Enchaîné. L'occasion d'en apprendre parfois de bonnes sur nos amis les politiques et notamment sur leurs manières de discuter, entre eux, des aléas de la vie d'élus. Ce mercredi 27 septembre, c'est Emmanuel Macron qui explique à ses proches combien il est excédé par le comportement de Jean-Luc Mélenchon, à l'origine d'une manifestation le 23 septembre "contre le coup d'État social" que prépare, selon La France insoumise, le gouvernement.

Le chef de l'État ne cache pas son exaspération face au comportement  de Jean-Luc Mélenchon. Certes, il juge le rassemblement du 23 septembre "raté", "qui a réuni au plus 30.000 personnes". 30.000 personnes, soit le chiffre donné par "une source policière" citée entre autres par l'AFP et Reuters, samedi, alors que, d'ordinaire, les rassemblements politiques ne font pas l'objet de comptage de la part de la police... Malgré tout, Emmanuel Macron est profondément irrité par le leader insoumis. Cité par Le Canard, le Président balance :

Les révolutionnaires sont souvent des ratés du suffrage universel. Son modèle, c'est Maduro et son Assemblée constituante. C'est pour ça qu'il appelle à une Constituante en France !

On notera une légère mauvaise foi de la part du chef de l'État, le projet de Constituante de Jean-Luc Mélenchon et sa volonté d'instaurer une 6e République remontant à avant 2012. Nicolàs Maduro est président de la République du Venezuela depuis 2013 et la mort d'Hugo Chavez… Surtout, comme le rappelle le journaliste du Monde Abel Mestre, la Constituante vient de la Révolution française qui a, elle-même, influencé le bolivarisme. Le bolivarisme est aujourdhui revendiqué comme école de pensée par une partie de la gauche française, dont La France insoumise. 







Reste que les mots de Jean-Luc Mélenchon, place de la République samedi, ont passablement énervé le Président. Le 4e homme de la présidentielle 2017 avait averti, non sans déclencher une vive polémique, que la rue avait "abattu les rois" et "abattu les nazis". Toujours cité par Le Canard, Emmanuel Macron a critiqué, devant son entourage, non pas seulement cette sortie mais le comportement général de Jean-Luc Mélenchon :

Mélenchon se comporte comme ces chefs d’État africains qui ont perdu l’élection. Heureusement qu’il n’a pas l’armée avec lui.

Et Emmanuel Macron de s'estimer tout de même confiant. "La rue a peut-être fait tomber des rois, mais rarement des rois élus quatre mois plus tôt", a-t-il confié. Ou comment le chef de l'État admet qu'il se prend pour un monarque... 



À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Pour Macron, "Mélenchon se comporte comme le FN" en n'assistant pas à sa visite à Marseille

VIDÉO - Pour le député LREM Sylvain Maillard, La France insoumise "porte des idées de dictature"

> Emmanuel Macron s'agace : "Jean-Luc Mélenchon a toujours raison contre le peuple"

> SON – Le secrétaire d'État Benjamin Griveaux persuadé que les névrosés aux "passions tristes" manifesteront avec Mélenchon

Du rab sur le Lab

PlusPlus